En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Pierre et Viviane Lambert au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne le 15 janvier 2014.
 

VIDEO - Mardi, la Cour européenne des droits de l'Homme a ordonné le maintien en vie de Vincent Lambert, maintenu depuis six ans dans un état végétatif. L'avocat de ses parents estime que le jeune homme "n'est pas malade" et que l'arrêt des soins n'est pas justifié.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

52 opinions
  • RawSpace
    RawSpace     

    *empêcher

  • RawSpace
    RawSpace     

    Non, dans l'histoire racontée sur la page vers laquelle ce lien renvoie, le juge a estimé que c'était la mère de la personne qui était la mieux à même d'organiser des obsèques pour celles-ci, ET dans la mesure où^leur histoire commune avait été plus longue ET riche en interactions émotionnelles que celle vécue avec sa seconde épouse. Donc déjà il n'est pas question de "propriété" (et par propriété j'entends "se donner le droit de faire ce que l'on veut avec la chose dont on se revendique le propriétaire", je ne pense pas que le juge autoriserai la mère a, par exemple, manger les cendres), il est question de "personne la mieux placée pour organiser des obsèques"; et d'autre part, le choix de la personne est justifiée par "l'histoire longue et riche des interactions émotionnelles entre les deux", pas parce que la personne est la génitrice du défunt.
    Donc non, sorry, votre lien est hors de propos.

  • RawSpace
    RawSpace     

    Yep, c'est normal : pour que la cours juge cette affaire, il lui faut du temps; or là la décision qui est jugée peut avoir des conséquences irréversibles (la mort du corps de Vincent). On évite de prendre une décision irréversible tant que l'on est pas sûr qu'on veuille la prendre et que l'on est prêt à en assumer les conséquences. Le fait que la cour se saisisse de l'affaire n'a de sens que si tout est encore possible, ce qui n'est plus le cas une fois la décision actée. Pour que le fait qu'elle soit saisie ait un sens, la cour doit naturellement empêchée la décision d'être actée. Mais cela ne présage rien de sa décision finale, techniquement.

  • RawSpace
    RawSpace     

    rowl => Ils font ça par habitude, j'imagine. Dans un pays dont l'histoire a été marquée par la religion catholique, on peut imaginer que les rites funéraires spécifiques à cette religion sont devenus une partie de la culture. Il n'en reste pas moins que c'est un comportement hypocrite ou ignorant au mieux, et que donc c'est assez risible, en effet ...

  • RawSpace
    RawSpace     

    Sauf que ce n'est pas tant une histoire d'argent qu'une histoire de principe : ici Vincent Lambert est déjà "mort" au sens où sa situation ne peut plus évoluer, elle est inerte, "morte". Vous pouvez vous amuser à maintenir son corps en vie si cela vous chante, mais la société n'a aucun intérêt à le faire. Vous voulez le droit de décision/de propriété sur son corps ? Très bien, charge à vous de vous en occuper, et donc de payer, si vous ne savez pas le faire. Payeur <=> décideur, c'est aussi simple que ça.
    La prison est conçue pour infliger une punition à un être humain afin qu'il ne recommence pas (et on considère que la privation de liberté est une punition adéquate, et en tout cas pas aussi définitive que la mort), tout en se disant qu'on ne veut quand même pas le tuer (faut quand même qu'il y ait une adéquation entre la faute commise et la punition, et la mort cela en est l'antithèse, puisque c'est "tout ou rien").
    Les buts ne sont pas les mêmes, les moyens mis en oeuvre ne sont pas les mêmes ... en quoi votre analogie pourrait-elle être pertinente ?

  • RawSpace
    RawSpace     

    Sauf que ce n'est pas tant une histoire d'argent qu'une histoire de principe : ici Vincent Lambert est déjà "mort" au sens où sa situation ne peut plus évoluer, elle est inerte, "morte". Vous pouvez vous amuser à maintenir son corps en vie si cela vous chante, mais la société n'a aucun intérêt à le faire. Vous voulez le droit de décision/de propriété sur son corps ? Très bien, charge à vous de vous en occuper, et donc de payer, si vous ne savez pas le faire. Payeur <=> décideur, c'est aussi simple que ça.
    La prison est conçue pour infliger une punition à un être humain afin qu'il ne recommence pas (et on considère que la privation de liberté est une punition adéquate, et en tout cas pas aussi définitive que la mort), tout en se disant qu'on ne veut quand même pas le tuer (faut quand même qu'il y ait une adéquation entre la faute commise et la punition, et la mort cela en est l'antithèse, puisque c'est "tout ou rien").
    Les buts ne sont pas les mêmes, les moyens mis en oeuvre ne sont pas les mêmes ... en quoi votre analogie pourrait-elle être pertinente ?

  • Monique33
    Monique33     

    @RawSpace Oui, il semblerait. Lire cette jurisprudence. _________________
    http://www.service-public.fr/actualites/003090.html

  • Eirell
    Eirell     

    La décision de la Cour Européenne n'est pas lamentable : elle a été saisie, elle se doit d'examiner le dossier. C'est pourquoi le maintien en vie a été nécessairement ordonné en attendant sa décision, mais rien ne dit qu'elle n'ira pas dans le même sens...

  • furet
    furet     

    oui vous avez raison, on le voit sur des décès de politiques et autres personnalités qui ont passsé leur vie à critiquer la religion, mais ont laissé dans leur "testament" la volonté d'avoir une messe. Un peu comme beaucoup de politique en france qui se déclare laique, mais ont été élevés et éduquer par des curés, chercher lesquelles, il y en a beaucoup !!!

  • furet
    furet     

    je suis choqué par les réactions de certains médias et médecins, on les traite "extrême droite", ce sont des parents, ils aiment leur enfant !!! respectons leur avis. Arrêtons de les critiquer, même si on peut comprendre tous les avis.

Lire la suite des opinions (52)

Votre réponse
Postez un commentaire