En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Amesys, filiale de Bull, est accusée de complicité de torture.
 

La société Amesys a vendu en 2007 à la Libye du matériel de surveillance informatique. Ce matériel a permis de surveiller des opposants au régime de Khadafi. La Cour d'appel a ordonné hier une enquête.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Tiens tiens, une entreprise français qui tourne. Ca va pas du tout ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    @civilipoli et on avait pas vu une telle propagande médiatique dans une démocratie depuis les années 30 !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    N'importe quoi. Et faudrait accuser les chinois de leur avoir vendu des habits tant qu'on y est.

  • Max 85
    Max 85     

    Et alors guy degrenne vend des couteaux il risque d'être poursuivi donc...Et Opinel et laguiole...Et ceux qui vendent du fil électrique aussi

  • MASRX552
    MASRX552     

    En attendant moi je n"ai pas les tenants et les aboutissants, donc, j'attend, surtout sachant que partout ou passe Takieddine "sa pue". Le gouvernement a été élu Démocratiquement, je ne le conteste absolument pas, par contre, demandez donc aux syndicats et Mélenchon qui vous ont soutenu, s'ils sont toujours aussi content de votre politique. Car malgré tout, grâce au FdG vous avez été élu. Trop de promesses...

  • civilipoli
    civilipoli     

    lettre à RALEUR TOULOUSAIN avec votre post la droite et les nostalgiistes vont vous traite de Gauche ,PS à la solde du gourvenement qui pourtant élu démocratiquement

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    voila ce qu'on trouve sur la toile
    1 / En 2006, Ziad Takieddine fait l’intermédiaire entre I2e, groupe spécialisé dans la "guerre électronique" et dirigé à l’époque par Philippe Vannier, actuel dirigeant du groupe Bull (aujourd’hui, I2e a été renommée Amesys et appartient au groupe Bull). Dans un courrier aux autorités libyennes, M. Vannier évoque, pour vanter sa technologie de contre-mesures d’écoutes électroniques, "le ministre de l’intérieur français" qui "dispose d’une réelle connaissance corroborée par une collaboration avec la société spécialisée dans ce domaine".
    2 / Philippe Vannier est le Président-Directeur Général de la société Bull et président du Directoire de Crescendo Industries[1].
    Philippe Vannier né en 1959 est diplômé de l’ESPCI ParisTech (99°)[2]. Il débute sa carrière chez Michelin Amérique du Nord en tant que responsable qualité puis responsable de production. De 1996 à 2004, Philippe Vannier dirige Chelton Telecom & Microwave (Groupe Cobham). De 1988 à 1996, il occupe plusieurs fonctions de direction au sein de Saft, la filiale d'Alcatel spécialisée dans le stockage d'énergie. En 2004, il prend la présidence de Crescendo Industries et d'Amesys, société spécialisée dans le développement de systèmes électroniques de hautes technologies acquis en janvier 2010 par Bull.

    Philippe Vannier est promu chevalier de la Légion d'honneur en juillet 2011 par Nicolas Sarkozy.

Votre réponse
Postez un commentaire