En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une mère agresse une professeur en plein cours
 

Mercredi, la mère d'un élève a fait irruption dans une classe de collège près de Poitiers parce qu’elle n’avait pas apprécié un mot dans le carnet de correspondance. « Elle a mis des gifles au professeur et un coup de pieds dans le ventre », témoigne le proviseur.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

76 opinions
  • DavidLeJeune
    DavidLeJeune     

    Bientôt la France sera un continent conquit par l'islam
    Notre douce France est conquise et assassinée par des barbares.
    Que Dieu nous aide car nous sommes presque perdus.

  • BLB
    BLB     

    Heuuu qui a dit que la mère est étrangère ? Parce que pour toi la violence c'est forcément les arabes et les noirs ?

  • observateur.lucide
    observateur.lucide     

    Tu accordes aux enseignants un pouvoir bien plus grand qu'il n'est en réalité. L'école n'est que le reflet de la société et la société n'est pas le reflet de l'école. Les enseignants sont, même s'ils prétendent le contraire, des gens très conservateurs... En ce sens ils tendent à reproduire ce qui était avant. Et si ce n'est pas le cas c'est parce que toute la société bouge... Ce qui n'a pas que du négatif. Je ne voudrais pas que mes petits-enfants "subissent" l'enseignement que j'ai reçu...

  • témoin.de.lyon
    témoin.de.lyon     

    certes déplorable, mais pas nouveau. la justice doit condamner cette dame pour lui donner le temps de réfléchir. La mise en lumière de ces faits divers ne doit pas nous conduire à penser que tous les parents sont comme ça. Ancien enseignant je partageais une complicité éducative avec les parents qui ont besoin d'être compris et désangoissés. Ces dérapages sont souvent le réveil de souvenirs douloureux de leur propre scolarité. C'est forcément violent. Mais un jeune prof ne comprend pas toujours que derrière un élève difficile il y a un parent blessé... L’Éducation Nationale ne sait pas garder ses "vieux" enseignants en leur aménageant des horaires diminués. Leur présence dans un établissement est rassérenante comme le sont les grands parents dans les familles (En général...)

  • berich
    berich     

    ... pas de mauvaise foi inutile, la violence scolaire était déjà présente sous Sarkozy... et avant malheureusement! C'est avant tout un problème d'éducation... Ne mélangeons pas tout!

  • MOPILRE
    MOPILRE     

    INUTILE DE SE MASTURBER INTELLECTUELLEMENT CE TEMPS EST REVOLU ;DONC SOYONS CLAIRS :QUI SEME LE VENT RECOLTE LA TEMPETE...LES ENSEIGNANTS GAUCHO-MARKSISTES SONT ENTRAIN DE RECOLTER CE QU'ILS ONT SEME , D'AUTRE PART LA NATIONALITE FRANCAISE S'HERITE OU SE MERITE DONC TTES CES RACAILLES N'ONT PAS DE PLACE DS NOTRE SOCIETE !!!!!!!!!!

  • ORASY
    ORASY     

    Votre mission est très difficile et si vous êtes violenté par ces mineurs c'est inadmissible et vous devriez alerté le juge des enfants en charge de leur dossiers. Qu'ils soient en préjudiciel ou en post sententiel ou sous contrôle judiciaire ils ont des comptes à rendrent au juge. Si vous n'êtes pas soutenu par votre hiérarchie voyez avec le le juge ou le président de la chambre des mineurs à la cour d'appel.

  • @VIOLENCE
    @VIOLENCE     

    demissionne ,rend ton tablier,tu vois pas que tu as une mission impossible et qu on se fout de ta gueule

  • éduc
    éduc     

    bonjour, je desire porter tout d'abord mon soutien au professeur. je suis éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse de puis plusieurs années, comme les professeurs des étblissement publique nous avon une mission éducative. j'étais victime à plusieurs reprise de violence dans le cadre de mon travail. et je suis témoin de plusieurs incidents de ce genre ou mes collègues sont violentés par des jeunes pris en charge par le service publique. la direction dans la majorité des cas minimise les situations et parfois justifie ces violences et argumente par "nous sommes payés pour cette mission.
    dans les foyers de la pjj des éducateurs sont insultés violentés et menacés chaque jour mais personne ne se preocupe du sort de ce corps de metier qui prend en charge le publique que personne n'en veux.

  • Patrick Abitbol
    Patrick Abitbol     

    Par contre écrire "opignon" au lieu de "opinion", ça c'est une insulte ... pour la langue française.

Lire la suite des opinions (76)

Votre réponse
Postez un commentaire