En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

PARIS (Reuters) - Des internautes et associations dénoncent la présence sur le site français de la marque de prêt à porter espagnole Mango d'une...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • chaumière
    chaumière     

    je l'avais acheté en Guadeloupe....

  • chaumière
    chaumière     

    j'en ai un et j'ai toujours appelé cela bracelet d'esclave qui plus est je l'avait acheté dans un magasin antillais. Où est le mal ? Depuis la nuit des temps cela porte ce nom. Il y en a qui n'ont rien d'autres à faire ! Fichtre va ! C'est pourtant le vrai nom ! Ces Associations feraient mieux de s'occuper des vrais autres problèmes. Ou on devrait les dissoudre pour certains une bonne fois pour toute.

  • Gérard85
    Gérard85     

    Ceux qui ne sont pas content .... demandez l'asile politique dans un pays africain ....! la porte est ouverte....!

  • mangomangollo
    mangomangollo     

    Sonia Rolland, Aissa Maiga et Rokhaya Diallo, comme par hasard ont été toutes 3 sur le site de Mango, et comme par coïncidence aussi, elles ont chacune relevé l'erreur ? ? ? Ca vole bas, pour une coquille faire autant de remue-ménage, elles se présentent comme des femmes modernes, ouvertes d'esprit ! ! !

  • nannardiseur
    nannardiseur     

    de cette notion idiote de crime contre l'humanité, qui est mise en avant à tort et à travers ! ! !. La plupart des gens n'ont aucune notion du concept, qui d'ailleurs est remis en cause, mais comme pour les notions de république ou de démocratie, les esprits chagrins adorent tout mélanger

  • willeme
    willeme     

    Avec tout ce qu'on nous pique sur nos payes et ailleurs c'est nous les travailleurs qui sommes les esclaves, et on ne peut même plus acheter nos brasselets.

Votre réponse
Postez un commentaire