Une école primaire braquée en plein jour en Seine-Saint-Denis

200 euros : c'est le butin de deux malfaiteurs qui n'ont pas hésité à braquer une école de Bobigny en plein jour.

C. P. avec AFP
Le 01/02/2013 à 10:55
Mis à jour le 01/02/2013 à 13:51

200 euros. C'est le maigre butin que deux malfaiteurs équipés d'armes à feu ont récolté en braquant... une école primaire en pleine journée.

Les faits se sont déroulés le jeudi 24 février, à l'école Paul Eluard de Bobigny, a précisé une source proche de l'enquête.

"Les deux malfaiteurs étaient cagoulés et armés. Ils se sont introduits dans l'école aux alentours de 16 heures, puis sont entrés dans le bureau de la directrice et l'ont obligé à leur remettre de l'argent contenu dans un coffre", a raconté cette source.

Butin : 200 euros

Selon une source proche du dossier, les malfaiteurs ont pris la fuite avec 200 euros, à l'origine destinés à financer une sortie scolaire.

La mère d'un enfant scolarisé dans l'établissement s'est dite "choquée", "comme l'ensemble des parents" d'élève de l'école.

"On est surpris que ces personnes aient pu s'introduire aussi facilement", a-t-elle déclaré. "A cette heure-là, tous les élèves étaient encore dans l'établissement, à l'intérieur des classes. Ca aurait pu très mal finir", s'est elle inquiétée.

"Ce type d'incident n'était jamais arrivé, c'est très inhabituel. On ne comprend pas pourquoi ces gens sont venus chercher de l'argent dans une école", a assuré pour sa part la maire de Bobigny, Catherine Peyge (PC), qualifiant ces faits d'"inadmissibles".

Cellule psychologique

"Nous espérons que les auteurs de l'agression seront rapidement identifiés et interpellés", a-t-elle ajouté.

Selon l'inspection académique de Seine-Saint-Denis, la police s'est immédiatement rendue dans l'école après le braquage. "Une cellule psychologique a été mise en place" et "une réunion d'information a eu lieu avec les parents d'élèves", a précisé Cécile Tabarin, chef de cabinet de la direction académique.

A la suite de ces événements, une équipe mobile de sécurité a été déployée dans l'école pour une durée de semaine. "Nous nous sommes engagés à ce qu'un emploi d'avenir soit ensuite créé pour assurer la sécurité de l'école. le contrat devrait être signé dans les prochains jours", a indiqué Cécile Tabarin.

La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?