En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Une campagne pour dénoncer les petites phrases des parents qui blessent les enfants à vie

(Photo d'illustration)
 

Deux associations de lutte contre la maltraitance alertent sur les petites phrases adressées par les parents aux enfants. Des mots qui peuvent laisser des séquelles à l'âge adulte.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Chabadabada1
    Chabadabada1     

    C'est très bien que le problème de la maltraitance verbale soit mis en avant. Il y a la méthode éducative de chaque parent qui doit être plus ou moins libre mais il faut que les parents comprennent que frapper les enfants, les insulter sans arrêt, les rabrouer, les diminuer, passer ses nerfs dessus est très nocif pour l'avenir des gosses qui auront bien plus de difficultés à devenir des adultes équilibrés prêts à s'insérer dans la vie active, la vie sociale et il y a de fortes (mal)chances que ces enfants maltraités tournent mal et reproduisent les schémas ou deviennent délinquants pour s'affirmer. Je sais de quoi je parle, j'ai été le souffre-douleur de ma mère maniaco-dépressive qui passait toutes ses frustrations et jalousies sur moi. Heureusement j'ai fini par m'en sortir mais ce genre de souffrances reste à vie.

  • ViveLe Roy
    ViveLe Roy     

    Encore une campagne de propagande inutile conforme aux méthodes dénoncées par Chomsky : Créer des problèmes, puis offrir des solutions...Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

Votre réponse
Postez un commentaire