En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Emmanuel Giboulot, lors d'un précédent procès.
 

Le viticulteur bio avait tenu tête à la préfecture qui lui imposait de traiter ses ceps avec des pesticides. Il a écopé d'une amende de 500 euros.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • mia mama
    mia mama     

    maintenant on condamne ceux qui ne veulent pas mettre du poison dans leur production ,ce monde est à l'envers !

  • coyote.3
    coyote.3     

    Un vin issu d'une culture bio trouvera plus facilement preneur et ce vendra plus chère qu'un vin issu d'une culture ou on n'a abusé de traitement chimique. Il y a certainement des jaloux dans cette histoire, surtout si le vin produit par ce vigneron est de meilleur qualité!

  • ALEX BENOIT B
    ALEX BENOIT B     

    Une bonne vieille bouteille de vin est aussi rare, aussi miraculeuse qu'un vieux pas con. Ca arrive, mais mieux vaut ne pas trop y compter. (Topor)

  • ALEX BENOIT B
    ALEX BENOIT B     

    Comme souvent, je suis d'accord avec 05 2017.

  • ALEX BENOIT B
    ALEX BENOIT B     

    Perso, je trouve les vins bio moins bons et plus chers.

  • le rappeur de lespace
    le rappeur de lespace     

    N'importe quoi cet homme a raison STOP les pesticides !

  • CAPAVENIR
    CAPAVENIR     

    Un jugement à St louis...500 € ou plutôt 50 bouteilles de vin....
    Belle pirouette qui ne résout "absolument " rien, sauf à justifier l'application de la Loi, et de générer une jurisprudence, confirmant la condamnation.
    La vraie question, ou est la citadelle?

  • GERO51
    GERO51     

    +10

  • GERO51
    GERO51     

    Ces vous qui ni connaisse rien , je n'aurais pas traiter mes vignes non plus, l’appellation bio dérange car le modes de culture et soin de la vigne sont naturelle et ne font appel a aucun produit de l'industrie CHIMIQUE !

  • 05 2017
    05 2017     

    Comme d'habitude une réaction épidermique par ceux qui n'y connaisse rien. La position de ce viticulteur est une position idéologique digne d'un Khmers vert, son refus de traiter contre la cicadelle avec le << pyréthrine, pesticide naturel >> ce produit est BIOLOGIQUE NATUREL il n'y a pas de lobbys des fabricants de produits chimiques dans ce cas, juste la posture d'un inconséquent qui ne veut pas se plier à l'ordre du préfet et qui estime qu'il n'a pas besoin de le faire puisque l'insecte n'est pas présent, sachant que la seule action (hors prévention, par traitement) possible lors de la découverte d'infection par l'insecte est L'ARRACHAGE !!! D’où la condamnation par la justice. !!!

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire