En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    Frederick Mey, . . . et ce n'est pas d'aujourd'hui :)).. .. .. .. Au château d’Anguilles-sous-Rochers
    C’est le jour traditionell:
    Le Duc Alfred a organisé
    Une chasse présidentielle
    Au canard sauvage
    De son élevage.
    On fera la fête
    A toutes ces bêtes
    Que le Duc a fait installer savamment
    Dans ses bois la veille pour beaucoup d’argent.

    Deux généraux arrivent haletants,
    Suivis du corps diplomatique.
    Après un cardinal armé jusqu’aux dents,
    Trois jeunes cadres dynamiques,
    Un syndicaliste,
    Quelques monarchistes,
    Un prix littéraire,
    De hauts fonctionnaires.
    Sortant d’un tailis, affolé, un vieillard,
    Quand sonnent les trompes, accourt sur son brancard.

    Les coups de feu claquent de tous les côtés.
    Un teckel émerge en boitant
    D’un épais nuage de fumée,
    On l’avait pris pour un faisan.
    Le Duc en déroute
    Abat le casse-croûte,
    Qu’un prêtre profane
    Avait sous sa soutane.
    Les plombs transpercent rillettes et camembert,
    Un sanglier se rend les deux pattes en l’air.

    «Que vois-je donc paraître à l’orée du bois?»
    Le vieillard ne voit plus très clair.
    «On va faire un sort à cette bête-là
    Qui ressemble assez à un cerf!»
    On met sa civière près de la lisière.
    Il prend l’escopette,
    Trouve la gâchette,
    Il vise, il tire, ainsi finit la carrière
    Du Ministre des affaires étrangères.

    Quand le vieillard crie «Hallali! Nous l’avons»
    L’ambiance devient pesante.
    On remet des notes de protestation
    Extrêmenent violentes.
    «Mais quoi qu’on en pense,
    A cette distance,
    Il faut reconnaître:
    C’est un coup de maître»
    Et d’ailleurs le ministre se raconte-t-on,
    Fréquentait des membres de l’opposition.

    La nuit tombe au château et la paix revient,
    La fumée de poudre envolée.
    Le Cardinal vient bénir le butin
    De pauvre gibier fatigué:
    La laie asthmatique,
    Les canards phtisiques,
    La chasse s’arrose,
    Et puis on propose
    D’offrir le butin, car on est généreux,
    A l’orphelinat des Enfants du Bon Dieu.

  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    :))

  • jim76
    jim76     

    Ce n'est pas colette l'écrivain , ce n'est pas le style !

  • jim76
    jim76     

    çà va pas bien fort chez les chasseurs !!!! faut dire aussi que le père François avait une tête de cochon, du coup le Fredo il l'a pris pour un sanglier !!!!
    Va falloir revoir le niveau du permis de chasse, et envisager au minimum le certificat d'étude, ce serait un début !

  • jumbo11
    jumbo11     

    le tireur ne voulait absolument pas rentrer chez lui " brocouille "

  • colette
    colette     

    ne voyons jeune tu vivra ou jeune tu creveras connard

  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    surtout quand il y a une battue à la galinette cendrée. ça ne pardonne pas, la galinette cendrée. Ils le savent, pourtant.

  • Ben  voyons
    Ben voyons     

    C'est bien triste, mais à 83 balais, il n'est plus temps d'aller faire ch** les animaux. On reste chez coi avec sa tisane...

Votre réponse
Postez un commentaire