En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un jeune sur deux voudrait monter sa propre entreprise
 

Selon l’Agence pour la création d’entreprise, un jeune de moins de 25 ans sur deux souhaiterait monter sa propre entreprise. Pourtant, en France, la culture entrepreneuriale n’est pas développée et il est souvent difficile de monter son affaire, comme le racontent sur RMC de jeunes entrepreneurs qui se sont lancés dans l’aventure.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

52 opinions
  • teleclean
    teleclean     

    AS TON EXPLIQUE A TOUS CES JEUNES, QUE D'ETRE SON PATRON VEUT DIRE TRAVAILLER BEAUCOUP PLUS QUE 35 HEURES PAR SEMAINE!!! ET AU DEMARRAGE GAGNER MEME PAS LE SMIG. FAUT BIEN REFLECHIR AVANT DE SE LANCER ET PAS DANS N'IMPORTE QUOI!!!

  • ZOD
    ZOD     

    " SOYEZ PLUS CLAIR ! "

  • ZOD
    ZOD     

    " D'URGENCE ! "

  • ZOD
    ZOD     

    " L'ETAT DOIS SE MODERNISER ! "

  • ZOD
    ZOD     

    Les citoyens n'ont pas 1 demi million d'euros à la banque pour une franchise privé. Laissons les gros citoyens s’engouffrer dans ces franchises privées. Le citoyen "Z€ro" dis que vous nous coûtez cher !. Les politiques devraient mettre la main à la patte pour justifier leurs salaires et anticiper les évolutions au sein de sa société. Des "Franchises d'Etat" en partenariat avec la "Branche sociale" et une "Source de professionnelles". Voilà a quoi je pensais en vous disant de vous lever de cette chaise. Pour que vous évitiez de vous faire des illusions sur un retour conséquent des parts privés en anticipant part vos propres parts publics !. Un "redressement production" qui deviendrait une "création productive". Il manque une structure importante, accordez un titre pour un projet porteur c'est bien mais le soucis c'est que vos mentalités restent bloqués sur un désir gelé, inactif, un choix presque indécis sans discipline, sans construction à impact réel sur l'avenir.

  • Bonnie Parker
    Bonnie Parker     

    pour quelques réussites combien d'échecs? on fait toujours miroiter l'espoir de l'entreprise ou du secteur soi disant porteur mais la réalité n'est pas aussi rose, il commence à y avoir beaucoup de concurrence dans ces secteurs informatique et perso je connais des gens qui malgré une bonne formation et du talent ont du mal à trouver des clients et du travail..

  • TRACASSIER 30
    TRACASSIER 30     

    Pour l'avoir vécu vérifiez toutes les informations des chambres des métiers, grâce à eux j'ai perdu lors de la création de ma boite la prime ACCRE (24615 €) et un an d'exonération de charges auxquelles j'avais droit même mes courriers au ministre, au Président de la République sont restés sans réponse réelle; même le bilan prévisionnel était faux et à refaire, la chambre des métiers n'est pas responsable (inattaquable au tribunal) des conneries qu'elle vous fait faire. La seule réponse a été : il fallait prendre un avocat pour créer votre société.Alors courage!

  • petit patron
    petit patron     

    vouloir se monter c'est tres bien mais pas n'importe comment il faut un minimum de capital et de bon sens pensez que les premieres annees servent a investir dans le materiel et a constituer la tresorerie parfois il n'y a pas de salaire pendant plusieurs mois la BMW c'est pour plus tard....c'est une bonne chose tout de meme

  • raspoutine69
    raspoutine69     

    et pour ces jeunes ils faut les prendre en charges l'état doit les soutenir pendant cinq ans minimum les controler à ce qu'ils ne mettent pas leur bien ou leur famille en jeux !et la ce n'est pas de l'étatisation merde ! l'europe ont l'emmerde vivement 2017 !

  • observateurpremier
    observateurpremier     

    Avec les mesures que vient de prendre Hollande, notament la supression de l'abatement de 10% du RSI, et la taxation (supression?)des dividendes(RSI pour environ 48%, suivit des prélèvement sociaux pour 8%, et du prélèvement forfaitaire libératoire pour 21 et bientôt 24%)il faut ne pas comprendre quel va être le poids de la fiscalité pour se lancer. Moi qui l'ai fait, je suis accablé par les charges et la fiscalité, je ne sais plus comment faire, et je n'ai qu'un regret : l'avoir fait en France. Si les mesures évoquées ci-dessus n'avaient pas été prises, j'aurai triplé mes effectifs cette année, mais là, à quoi bon ? Je sais ne pas être seul dans cette situation. Si je devais créer encore, je n'aurais pas la force de le faire en France. J'en suis profondément triste.

Lire la suite des opinions (52)

Votre réponse
Postez un commentaire