En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un enfant a été victime d'une punition humiliante de la part de son institutrice (Photo d'illustration)
 

Un enfant a été obligé par son institutrice de s'enfoncer des capuchons de stylo dans le nez.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

96 opinions
  • Luna Wolf
    Luna Wolf     

    @Maelko, peut-être que @sanguin à été dans sa scolarité un champion du bizutage, un de ces petits morveux qui trouvait amusant de faire pleurer ses camarades les plus faibles en les faisant tomber dans les flaques, en les poussant dans les escaliers, en leur faisant des croche-pieds dans les couloirs, en rackettant leurs goûters, en abimant leurs vêtements, en faisant exprès de leur envoyer violemment un ballon de foot en pleine figure, etc...

  • Luna Wolf
    Luna Wolf     

    Non mais, vous n'avez pas d'autres stupidités à proposer. Supprimer les allocs juste parce que l'enfant est turbulent? Et 1 mois de prison ferme pour les parent tant que vous y êtes aussi!

  • Luna Wolf
    Luna Wolf     

    Après la petite fille qui a eu le visage enduit de colle et de papier maintenant ça! Les enseignant n'ont ils pas reçu des cours de pédagogie durant leur formation ou était-ce en option? Et à chaque fois que je lis ou entend des gens trouver des excuses à un enseignant pour avoir agi de cette manière envers un enfant me met particulièrement en colère. Le fait qu'un enfant soit dissipé, ne donne pas le droit à une institutrice de l'humilier publiquement. Et un enfant n'irai pas pleurer dans les bras de son père si il avait juste fait le malin en se mettant des bouchons de stylos dans le nez pour amuser les autres, parce que je n'ai jamais vu quelqu'un, enfant ou adulte, pleurer pour avoir voulu amuser les autres. Il faut savoir faire la différence entre punir et humilier. Au lieu d'agir de cette manière, cette institutrice aurait mieux fait d'aller voir le père de l'enfant à la sortie et de lui parler du comportement du petit garçon ainsi que de lui assigner une tâche par exemple (devoir en plus ou une petite corvée pendant une semaine). Et puis tous les parents ne sont pas non plus des laxistes qui frappent les enseignants à la moindre mauvaise note donnée à leurs progénitures. Petite fille, j'ai moi-même subi des humiliations voire des actes de violences de la part d'une institutrice et dans mon cas c'était juste parce que j'étais plus lente que mes camarades et que j'avais du mal à comprendre certains exercices (surtout les mathématiques). Alors peu importe qu'un élève de 8 ou 9 ans soit dissipé, mon vécu m'empêche de cautionner se genre de comportement de la part d'un enseignant car je sais à quel point ce genre de chose peu faire perdre à un enfant sa confiance en lui et même aller jusqu'à la peur de retourner à l'école (ce qui s'est passé pour moi et je ne doit peut-être pas être la seule à avoir ce genre de vécu). Mais heureusement que tous les enseignant ne sont pas comme ça, sinon c'est la fin de l'éducation nationale.

  • Dante
    Dante     

    @saios --> Je ne connais pas le quotidien d'un enseignant. En revanche, je connais, au vu de ma formation, des théories de la motivation ainsi que certaines de leurs modalités d'application. Et je sais, pour avoir entendu certains enseignants universitaires en lien avec l'éducation nationale que l'axe pédagogique (quasi-exclusivement étudié dans sa dimension philosophique et non pédagogique en IUFM) est négligé par rapport à l'axe didactique et que nos instituteurs manquent cruellement de formation en psychologie de l'éducation.
    Concernant les durées de travail, un cadre A en début de carrière gagne 1400 à 1800 euros net en début de carrière pour une durée d'exercice allant de 40 à 50 heures de travail par semaine. Je précise que beaucoup d'entre eux, comme les juristes, travaillent également à domicile pendant leur temps de "repos" (mon manager peut bosser sur son lieu de travail de 3h00 du matin à 18h00 avec deux heures pour se sustenter) et pour une rémunération qui n'est pas des plus alléchantes.
    La loi dispose que la durée maximale de travail hebdomadaire donc un plein temps) est de 35h00. Il n'y a que dans la fonction publique où un plein temps va en deçà des 35h00 pour un cadre (32h00, 24h00,15h00).
    Il est certain qu'enseigner à raison de 35h00 par semaine serait délétère mais comme vous le dites vous-même, ceci n'est pas la seule de vos attributions. Ainsi, quant bien même, vous travailleriez un peu chez vous, vous restriez loin de ce qu'accomplit un cadre A en terme de temps de travail.
    Concernant vos conditions de travail, vos moyens et vos rémunérations stagnantes, qui ne sont pas à envier (il faut le reconnaitre). Vous, fonctionnaires de la république, payez aujourd'hui le prix de vos avantages fiscaux (primes + treizième mois) de vos régimes de protection sociale scandaleusement avantageux (meilleur calcul des retraites, 0 jours de carence, salaire intégral en maladie,...), et une protection de l'emploi déresponsabilisante.
    Le plus drôle c'est que lorsqu'on songe à vous en retirer pour réinvestir les économies faites dans l’amélioration et le contrôle des conditions de travail, vous criez au scandale.

  • DirDir le banni
    DirDir le banni     

    2 claques dans la tronche au petit goret et suppression des allocs pour les parents!

  • oliv
    oliv     

    de plus pour reprendre vos mot,, HeyBaal on ne devrait pas dire "EDUCATION NATIONALE" mais "INSTRUCTION NATIONAL". Or Il s'avers que le point fort d'un instructeur doit être sa formation pédagogique. Vous êtes donc d'accord avec moi, l'éducation national est proche de 0 dans se Domène qui devrai être le premier.

  • oliv
    oliv     

    heyBaal, je ne sui pas sur d'avoir compris votre commentaire car je n'ai pas parler d'éducation mais de pédagogie, or la pédagogie concerne l'instruction.

  • oliv
    oliv     

    d'autant que de nombreuses mine d'or sont enterrés inexploité à cause de l'ignorance pédagogique.

  • DirDir le banni
    DirDir le banni     

    Mais baalounet le bannissement me va très bien, suffit de brouiller le paramètre utilisé! Sombre noc!

  • Dante
    Dante     

    @Heybaal --> Contrairement à vous, j'avance des arguments statistiquement attestés que vous pourriez aisément trouver dans n'importe quel ouvrage scientifique traitant du sujet si vous preniez l'habitude de moins parler avec vos tripes. La punition dans son acception générale, mais surtout la punition négative (infliger des traitements douloureux, pénibles) ne conduit qu'à une extinction du mauvais comportement qu'en présence de l'adulte ou de l'autorité de coercition.
    Cela veut il dire qu'il ne faut pas réprimander ou sévir ? Non, simplement qu'il ne faut pas le faire à tort et à travers et que la bonne conduite doit être récompensé car on ne devient pas respectueux et responsable si ces comportements ne sont pas dignement récompensés.
    Ce mode d'éducation "à la dure" est à la mode en France mais non dans les pays Nord- Européens... Si je suis votre "raisonnement", cela signifierait qu'il y a plus de mauvais élèves, de criminels et de revendeurs de drogues en Suède et en Norvège qu'en France. N'est ce pas ? Est ce la cas ?
    Si on voyait le monde sous le prisme des faits scientifiques et non celui de nos croyances, les gens et les États se porteraient bien mieux.

Lire la suite des opinions (96)

Votre réponse
Postez un commentaire