Un couple devant les assises pour l’excision de leurs quatre filles

Un couple de parents guinéens est jugé devant le tribunal de Nevers pour la mutilation de leurs quatre filles. A la barre, cet après-midi, les deux filles ainées ont nié les faits, soutenant leurs parents.

Laetitia Soudy | Pierre-Antoine Durand
Le 29/05/2012 à 16:27
Mis à jour le 29/05/2012 à 17:41

La fille ainée de 21 ans, étudiante en droit a décrit des parents aimants, qui lui ont appris le respect. Elle assure " je ne suis pas une victime, je suis plus avec mes parents qu'avec les parties civiles et tout ce que l'on entend dehors". Concernant l'excision, elle déclare "ne pas savoir, ne pas se souvenir". Sa soeur, âgée de 19 ans va plus loin, elle assure " je n'ai pas été excisée, je sais que je n'ai rien, tout va très bien, je suis normale".

Pour l'avocat des parties civiles, "la parole des jeunes filles n'est pas libre"

Pour l'avocat des parties civiles, "la parole des jeunes filles n'est pas libre". Elle espère que avec ce procès, "elles vont enfin prendre conscience de ce qui leur est arrivé".

Le procès doit durer jusqu'à vendredi. L'affaire avait débuté après la découverte de cette mutilation chez l'aînée en septembre 2005, à l'occasion d'une opération de l'appendicite à l'hôpital de Nevers.

La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?