En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Détenue à Versailles, Maria décompresse à l'atelier d'impression 3D.
 

Un rapport publié jeudi met en lumière les discriminations que subissent les femmes en prison. Versailles fait partie des rares maisons d'arrêt à proposer à ses détenues un grand panel d'activités dont la dernière est inattendue: un atelier d'impression 3D.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • 
         

    Pendant que l'État occupe les malfaisantes avec l'impression 3 D ... les bienfaisantes dans l'anonymat galèrent au quotidien ... pour survivre ... ;-)

  • Graziella77
    Graziella77     

    C’est très louable d’ investir du temps et de l’argent dans toutes ces activités qui permettront aux femmes en détention de se réinsérer dans la vie : études débouchant sur diplômes (droit, philo, informatique, atelier d’impression 3D…) Dommage que ces formations innovantes soient par contre difficilement accessibles voire inaccessibles à ces femmes ordinaires, banales, qui n’ont pas eu accès aux études par manque de moyens et si courageuses d’avoir fait le choix d’assumer leurs responsabilités sur tous les fronts : travail, chômage, famille, éducation, aspirations personnelles... qui ne posent pas de problème à la société, elles, et qui ne méritent donc pas que l’Etat investisse dans leur développement personnel et professionnel

  • Graziella77
    Graziella77     

    C’est très louable d’ investir du temps et de l’argent dans toutes ces activités qui permettront aux femmes en détention de se réinsérer dans la vie : études débouchant sur diplômes (droit, philo, informatique, atelier d’impression 3D…) Dommage que ces formations innovantes soient par contre difficilement accessibles voire inaccessibles à ces femmes ordinaires, banales, qui n’ont pas eu accès aux études par manque de moyens et si courageuses d’avoir fait le choix d’assumer leurs responsabilités sur tous les fronts : travail, chômage, famille, éducation, aspirations personnelles... qui ne posent pas de problème à la société, elles, et qui ne méritent donc pas que l’Etat investisse dans leur développement personnel et professionnel

  • Graziella77
    Graziella77     

    C’est très louable d’ investir du temps et de l’argent dans toutes ces activités qui permettront aux femmes en détention de se réinsérer dans la vie : études débouchant sur diplômes (droit, philo, informatique, atelier d’impression 3D…) Dommage que ces formations innovantes soient par contre difficilement accessibles voire inaccessibles à ces femmes ordinaires, banales, qui n’ont pas eu accès aux études par manque de moyens et si courageuses d’avoir fait le choix d’assumer leurs responsabilités sur tous les fronts : travail, chômage, famille, éducation, aspirations personnelles... qui ne posent pas de problème à la société, elles, et qui ne méritent donc pas que l’Etat investisse dans leur développement personnel et professionnel.

  • Cuisto49
    Cuisto49     

    C est devenu le centre aéré sauf que c est gratuit

  • colt13
    colt13     

    elles sont la pourquoi !!!! pour avoir fait du bénévolat !!! alors arrêtez les reportages qui le mettes en premier plan

Votre réponse
Postez un commentaire