En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le CSM a reconnu que "l'utilisation que le magistrat avait faite du réseau social" était "incompatible avec ses devoirs et ses obligations".
 

Il avait tweeté pendant un procès d'assises avec l'avocat général. Le Conseil de la magistrature, qui a demandé mardi le déplacement du magistrat du parquet, a adressé ce mercredi un blâme au juge.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    On a frolé la rèvolution. Imaginez quand le garde des sceaux à la preuve d'un faux et usage de faux , d'un juge. preuve venant de Bruxelles. Et bien le juge continue. Le comble il se permet de demander s'informer le porteur du faux qu'il a des responsabilités. Je n'ose meme pas envoyer le document du juge à Bruxelles, qui pourrait appliquer sa tutelle sur la justice française.

Votre réponse
Postez un commentaire