En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La gendarmerie scientifique, le 18 février 2014.
 

L'ADN a parlé, l'homme en garde à vue n'est pas relié à la scène de crime de Chevaline. En revanche, l'enquête a permis de mettre au jour un trafic d'armes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • pierre jean dhoker
    pierre jean dhoker     

    Messieurs les journalistes de BFMTV dans l'affaire de Chevaline vous avez fouillés dans les poubelles pour salir un homme dans le but de vendre votre audience .résultât cette personne est innocente mais grâce a vous il est viré de son travail .Quand aux armes de collections ces armes ce vendent entre collectionneurs et ne sont pas utilisés par le milieu du banditisme .alors messieurs les journalistes de Bfmtv retournés dans vos bacs a sable , au moins la vous ferez moins de dégâts

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Au-delà des objets de collection, "ce sont les détonateurs et les munitions qui me posent davantage question", a conclu le magistrat. -> ça signifie qu'on peut collectionner des armes mais pas des munitions ? Quand on voit les c*nneries que certains collectionnent, je vois pas en quoi ce serait contradictoire.

Votre réponse
Postez un commentaire