En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
TPE-PME : 63 000 entreprises menacées de faillite d’ici la fin de l’année
 

Selon des chiffres dévoilés par RMC, 63 000 TPE et PME risquent de faire faillite d’ici la fin de l’année, mettant au chômage 300 000 personnes. Une situation qui empire, entre autres à cause de problèmes de trésorerie.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

110 opinions
  • Pikachupachups
    Pikachupachups     

    Et ce n'est pas les sous-traitants du secteur automobile qui vont dire le contraire. Si un gros plonge, tous plongent. Comme dans cet article http://mavoiture.blogs.sudouest.fr/ Que faire ? Arbitrer et laisser une énième chance à nos constructeurs ou bien laisser tout s'effondrer.

  • TPE
    TPE     

    merci pour le repos ,

    un patron qui travaille 7/7 , qui a une ford fiesta et qui fait face a la crise pour payer ses employés!!!!!! dites vous que si votre patron profite de ses avantages , c'est peut être pour ca qu'il arrive à vous payer!!!!

  • Entre prises
    Entre prises     

    Tous les patrons de PME/TPE roulent en 4X4, se dorent au soleil de la cote d'Azur ou à Courchevel et profitent à fond du système. c'est bien connu...de ceux qui ne savent pas ce qu'est une entreprise. Et qui se permettent d'en parler...

  • Tous patrons
    Tous patrons     

    Si tu envies les patrons, pourquoi ne le deviens-tu pas toi-même ? C'est si simple : Devenir auto entrepreneur, puis investir et mettre toutes ses économies dans un projet, puis ramer pendant 3 ans avant de pouvoir embaucher 1 premier salarié, puis 2, puis 3 (qui vont générer des revenus pour la communauté), puis on s'achète tous un Range Rover (hybride, c mieux pour la planète). cqfd

  • Positivons
    Positivons     

    Bonjour, j'ai bien lu votre article et bon nombre de commentaires et je souhaitais dire une seule chose : allons de l'avant !! C'est l'unique solution, se retrousser les manches, positiver et chercher des solutions. Pour la tpe, il existe des solutions pour redresser la barre et se sortir des problèmes financiers (type Rivalis, conseil experts-comptables, accompagnement bancaire). On verra ce que fait la BPI. Sinon que faire : la révolution ? Oui ! Mais la révolution dans nos modes de pensée. Surtout éviter de se recroqueviller et au contraire, lutter pour être les meilleurs. Mon idéal ? Une France d'entrepreneurs et des chances laissées à tous avec des règles internationales pus justes. Merci !

  • cpasbo
    cpasbo     

    Recherchez sur internet la loi du 3 janvier 1973 créée par Pompidou (ancien de la banque Rotchshild) et giscard.
    Vous comprendrez la situation actuelle.
    De Gaulle a été mis dehors pour que cette loi soit créée.
    Vive la révolution.
    Bon courage.

  • KKK
    KKK     

    c'est promis je te demanderai de garder ton 4x4 range rover V8 et je te demanderai de pas me payer pendant des mois car tes charges sont trop importantes,mais tu pourras aller aux sports d'hiver et dans les îles,pour décompresser des heures supplémentaires que ton travail te demande ainsi que des tracasseries que te font subir tes bourri d'employés.

  • sauvonsnosentreprisespicardie
    sauvonsnosentreprisespicardie     

    L'antenne nord vous appel à la resistance !
    le 04/03/2013 à partir de 9h00
    Lieu
    RSI
    Adresse
    45 rue de Tournai - 59000 Lille
    Unissons nous, battons nous !
    http://sauvonsnosentreprises-picardie.asso-web.com/evenement-56-lantenne-nord-vous-appel-a-la-resistance.html

  • cafeduport
    cafeduport     

    idem , j'ai décidé que je ferais ce que je pourrais , mais seul!j'embaucherais quand les charges, taxes , impots , cotisations me laisseront souffler et vivre de mon travail !
    marre de faire fonctionner un systéme qui ne me protége même pas .

  • Beatitude
    Beatitude     

    Avec L’accumulation de lois et de textes réglementaires nous a, dans un délire normatif inouï, conduits à paralyser le pays. Le tricotage incessant de notre filet de protection sociale a fait perdre au mot « solidarité » tout son sens et conduit notre système d’assistanat généralisé à la faillite. L’école, prisonnière de quelques gourous révolutionnaires, est devenue une fabrique d’analphabètes et de chômeurs. Les services publics se sont transformés en usines à gaz inefficaces et ruineuses, etc.

    « Avant », nous étions fiers ou du moins contents d’être français et nous souriions à l’avenir qui semblait, lui aussi, nous sourire.

    Aujourd’hui, les jeunes, quand ils sont surdiplômés, partent vivre à l’étranger et les autres jonglent entre les emplois jeunes, les emplois d’avenir, les contrats de génération, c’est-à-dire les bonnes œuvres de la République, des emplois bidons et éphémères qui n’ont d’autre but que de maquiller l’agonie de notre économie. Les moins jeunes redoutent le chômage et s’affolent devant la dégringolade de leur niveau de vie. Les vieux tremblent pour leurs retraites. Et pour expliquer nos malheurs, si ce n’est nous consoler, nous nous vautrons dans la repentance.

    On dira que le vent de l’Histoire est sans pitié, qu’il n’y a rien à faire et que, comme l’écrivait Paul Valéry, « les grandes civilisations savent désormais qu’elles sont mortelles ». C’est vrai.

    Mais « les vieux ronchons passéistes » se souviennent qu’en 1958 la France de la IVème République était à l’agonie, épuisée par ses guerres coloniales, ses crises ministérielles, ses déficits, ses grèves dures, et qu’il avait « suffi » que « le plus illustre des Français » (comme avait dit Coty) qui, lui, avait « une certaine idée de la France », revienne au pouvoir pour qu’en quelques mois le pays renaisse de ses cendres, que l’économie redémarre, que la voix de la France soit de nouveau entendue et que « les veaux » reprennent espoir.

    L’ennui aujourd’hui c’est que nous n’avons plus personne « en réserve », à Colombey ou ailleurs, et surtout que plus personne dans le pays ne se fait la moindre « idée » de ce que pourrait être la France.

Lire la suite des opinions (110)

Votre réponse
Postez un commentaire