En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les balles réelles provenaient d'un exercice de tirs réalisé quelques jours auparavant par le 3ème RPIMA de Carcassonne.
 

Le drame de Carcassonne était un accident. Mais comment le militaire a-t-il pu se retrouver en possession de balles réelles ? Les a-t-il conservées volontairement ou était-ce un oubli ?

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • hedre
    hedre     

    Je suis d'accord avec vous. Il est étonnant que dans ce pays où le QI moyen frise 180 et tous savent de tout mieux que personne, on n'ait pas pensé à un coup monté de sarko pour se faire bien vois du milieu hospitalier de Carcassonne, un coup monté de la CIA pour démontrer le peu d'efficacité de nos famas, un coup monté des chinois pour nous discrédité auprès du CIO ou un peu de Ben Laden parce que pourquoi pas?
    Il y a eu des morts dans cette affaire, respectons d'abord les familles au lieu de nous palucher sur des histoires parce que nos vies manquent d'intérêt et attendons les résultats de l'enquête. De toutes façons, quelques soient les résultats vous revoterez pour les mêmes. Donc arrêtez de faire semblant et dépensez votre énergie et votre intelligence à sortir de la médiocrité.

  • militaria 25
    militaria 25     

    un drame se déroule,carcassonne ou ailleurs et immédiatement,la polémique éclate..."c'est impossible,on nous cache qlq chose, c'était fait volontairement...moi,j'connais,l'armée,les armes,les munitions,les séances de tir,on fait comme-ci,ça se passe comme ça...blablabla...!
    la vérité qui est souvent "tout bête",se trouve bien éloignée des théories et règlements militaires qui de tous temps ont été contournés ou adaptés en fonction des circonstances...contraintes de moyens ou opérationnelles obligent....
    en somme ,il n'y a rien de plus facile ,au fur et à mesure des seances de tir de se constituer un chargeur"perso"(2% de perte"tolèrée au pas de tir)et un jour par "habitude/réflexe/excès de confiance en soi" de se tromper dans l'approvisionnement de son famas.Un B.T.B ne résiste pas à la balle ordinaire en 5.56MM.Malgré tous les gardes-fous,les failles existent....
    à bon entendeur,salut.

  • Patriarcal
    Patriarcal     

    Il est évident qu'on nous roule dans la farine !
    Entièrement d'accord avec Manu-84, texte ci-dessus.

    Je voudrais rajouter que lors d'une séance de tir :
    1- Les cartouches (et les boîtes) sont sérieusement comptabilisées.
    2- Les chargeurs (ou munitions) ne sont distribués qu'au champ de tir.
    3- Les impacts sont comptés même si une ou plusieurs balles peuvent être hors cible.
    4- Les cartouches vides sont ramassées, comptabilisées (au champ de tir) et ce nombre doit correspondre à celui des cartouches distribuées.
    5- Sinon on recomptabilise jusqu'à trouver l'erreur ou les munitions non tirées et qui peuvent être restées sur un chargeur (arme enrayée - ou autre souci).
    6- Il y a TOUJOURS un responsable de tir durant cette séance qui doit être un officier ou sous-officier supérieur (et ses galons pourraient sautés)...
    7- Je l'ai dit dans un autre message. On nous cache quelque chose qui doit être nettement plus grave et sérieux qu'un simple "chargeur oublié" et l'armée de dévoilera JAMAIS le dessous des cartes...

  • bravo
    bravo     

    Il faut qu'ils fassent gaffe lors de la reconstitution qu'il n'y ai pas de MORT cette fois !!!!!!!!
    Par contre, je m'inquiète, mais où était SARKO ?????????

  • Margi.37
    Margi.37     

    D'accord avec manu-84 ça frise la préméditation voir le complot en préparation ,on croit rêver !

  • manu-84
    manu-84     

    La première question est déjà de savoir pourquoi son fusil n'était pas équipé du BTB...
    Une piste a exploré.
    Sans polémiqué avec les propos fantaisistes de certains qui font des procès d'intention sur nos institutions républicaines et les compétences de nos armées alors qu'ils n'en connaissent ni le fonctionnement ni les armes qu elle utilise, j'aimerais intervenir sur un plan purement technique et avoir la réponse à ma question.
    Si l'affaire évoqué par daniel il y a 15 ans a été sans nul doute une erreur (tir d'une granade a fusil avec la mauvaise cartouche, le premiere des victimes ayant du etre le tireur lui meme puisque celle ci a explosé au bout de son fusif au lieu d'etre ejectée)"l'accident" d'hier ne peut en etre un !
    En effet en exercice pour plus de réalisme l'utilisation de balle a blanc s'effectue avec un accessoire que l'on appel un BTB (bouchon de tir a blanc) qui vient se visser au bout du canon de l'arme. Ce BTB sert en effet, puisque qu'il n'y à pas de balle sur la cartouche, a conservé la force de compression nécessaire a faire reculer la culasse (ensemble mobile de l'arme)et ainsi pouvoir ejecter la douille utilisée, approvisionner une autre munition venant du chargeur et réarmer le percuteur pour pouvoir tirer de nouveau. Donc sans cette accessoire il est impossible de tirer en automatique (donc pas de rafale) il faut pour pouvoir retirer effectuer l'opération en manuel (réarmé)...
    Dans ce genre d'exercice on recherche avant tout le réalisme et a impressionner aussi le public donc pour tirer des rafales toutes les armes devaient etre equipées de ces BTB or si l'arme utilisé par ce militaire en avait été équipé et qu'il ait par "inadvertence" chargé des munitions de guerre, le canon du fusil aurait été gravement endommagé,l'arme devenue inutilisable dès la 1ere balle et le militaire lui meme surement sérieusement bléssé !
    Au final, une situation qui n'aurait jamais du exister (aucun militaire a ce momment n'aurait du ni pu etre en possession de balle réelle) une méprise étonnante de la part d'un militaire pro (les balles a blanc sont très facilement identifiables par rapport a une munition de guerre, meme un "bleu-bite" fait la différence) et enfin l'action nécessaire qui ne peut etre involotaire afin d'oter ce fameux "BTB" !!!
    Beaucoup de paramètres improbables non?
    Qu'en pensez vous
    Manu

Votre réponse
Postez un commentaire