En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Manuel Valls préconise de repérer "au plus tôt les signes de radicalisation" sur Internet.
 

Au lendemain de l'arrestation d'un jeune homme de 22 ans qui a reconnu avoir agressé un militaire au cutter, à La Défense, "au nom de son idéologie religieuse", Manuel Valls insiste sur la nécessité de "traquer" la radicalisation "sur Internet".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Le maquis de Grandrupt
    Le maquis de Grandrupt     

    Hep, psitttt! monsieur "valse" ! le truc que vous voulez mettre en place , ça s'appel le "PATRIOT ACT" aux states! Et si vous ne savez pas comment faire passer cette loi avec l'appui de la communauté , demandez à G. BUCHE, y vous dira comment faire!

  • MICK Bravo
    MICK Bravo     

    > Valls a beaucoup de priorités , et surtout pas de résultats . . . Sa seule réponse dans tous les cas c ' est . . . . . plus de radars automatiques ! hé oui , comme dit @roro : je fais un copier/coller : " IL NOUS PRENNE POUR DES CONS " <

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Ah oui, là en effet il nous prennent pour des glands. On sait où ils sont les mecs, ils prient dans la rue devant tout le monde. Les flics passent devant tous les jours. Mais bon on va quand même les chercher sur internet, la mise en plus du truc durera ... allez, environs 4 ans, donc si rien ne change d'ici là ne vous inquiétez surtout pas.

  • roro
    roro     

    IL NOUS PRENNE POUR DES CONS ....





















    Monsieur Vals gère mieux que personne l’imigration en France.....Preuves ci-dessous !

    Nouvelle pompe aspirante de l'immigration

    Lu sur Valeurs actuelles :

    "[D]ésormais, tout parent algérien installé en France pourra toucher des allocations familiales au titre de ses enfants, nés en Algérie, qui décideraient de le rejoindre. Et même, précise la Cour de Cassation réunie le 7 avril dernier en assemblée plénière, si les enfants en question ont pénétré en France en dehors de toute procédure de regroupement familial. Ce qui s’applique naturellement, d’abord, aux enfants de pères polygames, puisque les autres peuvent, depuis l’institution du système, en 1976, bénéficier dudit regroupement ! Résultat : les hommes ayant « épousé » plusieurs femmes dans leurs pays vont pouvoir, sans contourner la loi française comme ils le faisaient jusqu’à maintenant (en faisant passer, par exemple, leurs compagnes pour des « mères isolées »), financer légalement le séjour en France de leur descendance.

    Pour appuyer sa décision, la Cour de cassation évoque le principe de « non-discrimination » inhérent à la jurisprudence européenne – laquelle interdit depuis les années 1980 aux Etats de réserver à leurs seuls nationaux le bénéfice de prestations démographiques spécifiques – mais aussi l’accord euro-méditerranéen UE-Algérie du 19 décembre 2001. Dont les termes sont directement transposables aux ressortissants du Maroc et de la Tunisie ayant signé les mêmes accords avec l’Union européenne. Et sans doute demain, à tous les Etats extra-européens avec laquelle la France a signé des traités analogues !

    Cela signifie, en clair, que tous les efforts faits par la France depuis 1993 (gouvernement Balladur) pour limiter les fraudes au regroupement familial viennent de voler en éclat : à quoi bon menacer de poursuites les fraudeurs aux allocations familiales si la fraude elle-même n’existe plus ? La loi peut bien réserver le bénéfice de ces prestations aux enfants d’une seule épouse, tout se passera désormais comme si elle était abrogée…

    On se souvient, en 2010, de l’affaire Hebbadj, du nom de ce français d’origine algérienne soupçonné d’avoir fait subventionner par la caisse d’allocations familiales de Loire Atlantique un foyer composé de quatre femmes et de douze enfants. Finalement mis hors de cause, le 27 mars dernier par le tribunal de Nantes (mais condamné pour des faits connexes à six mois de prison avec sursis), M. Hebbadj ne connaîtrait plus aujourd’hui, tous ces « tracas ». Quand bien même il n’aurait pas acquis la nationalité française, le seul fait de reconnaître les enfants de ses compagnes comme les siens suffiraient à lui accorder de plein droit le bénéfice des prestations familiales…

    A l’heure où le gouvernement s’apprête à revoir à la baisse les aides versées aux classes moyennes au titre de la politique familiale, on imagine l’effet d’aubaine pour des dizaines de milliers de candidats à l’immigration ! [...]

  • sanguin
    sanguin     

    Ce n'est pas sur internet que se fait la formation et le bourrage de crane des nouvelles recrue à la djihad!!!!! Et même si c'était sur internet, quand le couteau entre dans la gorge, internet n'existe plus.................

Votre réponse
Postez un commentaire