En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Dès la rentrée scolaire 2016, de nouvelles mesures de prévention et de sécurité à destination des directeurs, enseignants et élèves seront mises en place (photo d'illustration)
 

Formation des élèves de troisième aux "gestes qui sauvent", sécurisation des "espaces vulnérables", exercices "attentat-intrusion"... de nouvelles instructions ont été données par Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve pour améliorer la sécurité des écoles à la rentrée.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • carabi
    carabi     

    On nous dit que les écoles françaises sont régulièrement citées comme étant des cibles prioritaires pour daech.

    Ne pas oublier les titres des médias il y a peu :
    - " Daech s’en prend à la laïcité et incite ses lecteurs à tuer des enseignants. "

    Et aussi : histoire vraie.
    Ce mercredi après-midi là, les profs du collège sont en formation.
    A la fin de cette formation, vers 16h30, une première prof (on va l'appeler Jeanne) qui franchit le portail de l'établissement se trouve face à de très jeunes militaires (les enseignants avaient été prévenus que des militaires seront postés au portail du collège au cours de cette semaine-là).
    Un des soldats vient vers la prof, lui demande s'il peut rentrer dans l'établissement pour aller aux toilettes.
    La prof lui répond qu'elle ne sait pas s'il peut entrer. Elle se propose de faire part au principal du collège de sa demande.
    Le militaire dit qu'il va se rendre avec la prof voir le principal. "Ça urge !" dit-il.
    Il est suivi d'un militaire qui l'accompagne.
    Alors, la prof Jeanne, encadrée des deux militaires, traverse la cour du collège pour se rendre dans le bureau du directeur.
    Les autres collègues de Jeanne sortent aussi de l'établissement. A la vue de Jeanne entre les deux militaires armés, ils lui demandent : "Qu'est-ce qui se passe ?"
    "Rien de grave", répond Jeanne souriante, "mais je pense que ces messieurs n'ont pas spécialement envie que je raconte pourquoi ils viennent avec moi voir le principal".
    Se tournant, malicieuse, vers les militaires "C'est vrai ou pas ?"
    "C'est vrai" répond le militaire.
    En chemin, Jeanne leur demande depuis combien de temps ils sont là.
    "Depuis environ 15 minutes, on reste jusqu'à la sortie des élèves".
    Jeanne : "Vous savez que les élèves n'ont pas classe le mercredi après-midi ?"
    "Nous on obéit aux ordres, on nous a déposé au portail du collège et on nous a dit "Vous restez là jusqu'à la sortie des élèves, après, vous nous appelez, on viendra vous chercher"."
    L'autre militaire dit alors "Dans ce cas-là, on va les appeler dès que tu auras fini de ch..r".

Votre réponse
Postez un commentaire