En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Arrêter un traitement est prévu dans le cadre de la Loi Léonetti sur les malades en fin de vie. Mais injecter une substance létale, non.
 

Danièle et Paul Pierra ont aidé leur fils à mourir et expliquent dans un livre leur démarche. Ils ont également souhaité aider Chantal Sébire dans ses derniers jours.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • niaouli
    niaouli     

    quand le médicament a cessé de faire son effet, la douleur revient, et si pour la dose donnée pour la mort elle cessait elle aussi de faire son effet ?

  • MCA
    MCA     

    n'avez vous pas vu un monsieur qui est resté des années dans le coma et qui au bout de nombreuses années a pu se réveiller et se porte bien, heureusement que sa femme n'a pas demander de le piquer. il ne faut pas tuer un enfant, si j'avais eu le bonheur d'avoir la chance que mon fils soit handicapé ou dans le coma, ça serait déja été bien, mais malheureusement il est décédé car les pompiers bénévoles n'ont pas su lui faire une trachéotomie. il faut prendre quelque chose contre la souffrance mais pas...

  • BEA03
    BEA03     

    Je tiens a adresser à toute la famille de CHANTAL toute ma peine et en particulier sa petite de 13 ans .Il faut se dire qu'elle a fini de souffrir.
    Courage je pense à vous.

Votre réponse
Postez un commentaire