En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
François Chérèque
 

Invité d’RMC et de BFMTV ce mercredi, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, a plaidé pour ne pas rajouter plus de flexibilité, mais moins de précarité. Il affirme aussi que le chômage actuel « n'est pas inéluctable ».

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

30 opinions
  • TRACASSIER 30
    TRACASSIER 30     

    les fonctionnaires n'ont pas le droit au chômage, les patrons d'entreprise n'ont pas le droit ils ne cotisent pas.
    Pourquoi les étrangers(toutes ethnies confondues) cotisent-ils? en les mettant au même rang que les fonctionnaires ou patrons il y aurait sûrement moins de chômeurs.

  • Furiax
    Furiax     

    whaou , elle est bonne celle la , le gars nous dit qu'il y a des solutions pour le chômges et quand on lui demande si il a l'intention de créer une entreprise il répond : non c'est vraiment pas le moment .

  • j'men tire!
    j'men tire!     

    CGT:bidon!!CFDT:bidon!etc...quand je pense que des travailleurs paient des cotisations pour être défendus!!!mais où sont t ils donc en ce moment de hausse du chômage!!des solutions!ben voyons!il a attendu aujourd'hui pour le dire!!c'est pas croyable de faire intervenir des nullités pareilles!!et c'est les syndicats qui vont remettre la France au boulot!!dans nos campagne on est OBLIGE de faire rentrer des "étrangers" pour que le travail se fasse!!...

  • négusette
    négusette     

    Il y a des solutions et pourquoi le dire que maintenant ? À l’entendre c’est que du bonheur, heureusement que le ridicule ne tue pas, car….
    Peut être va-t-il monter sa propre entreprise ?
    Il doit avoir la mémoire courte ce syndicaliste de gauche, la décadence à commencer avec le PS en 1985

    80% au bac sous Jospin…et après ? « 80% d’une génération au niveau du bac » est le slogan emblématique lancé en 1985 par Jean-Pierre Chevènement lorsqu’il était ministre de l’Education Nationale. Formalisée par Lionel Jospin dans sa loi d’orientation sur l’éducation en 1989, la démocratisation scolaire va être le fer de lance des années 80/90. Aujourd’hui notre Pays paie l’addition.
    L’espoir et la désillusion en effet l'objectif des Socialos a été de délaisser les ‘’CAP-BEP’’, pourtant diplômes utiles contre le chômage.

  • lapsus
    lapsus     

    Bon c'est pas la première fois depuis cette année, et même en Mai j'y ai eu droit 2 fois, le comble pour le "mois du travail". Pour en revenir à l"objet du sujet" le travail ou Mr Chérèque comme il vous conviendra.... Ce matin chez notre Altesse Sérénissime Bourdin and CO ( un peu de brosse à reluire sinon je vais être encore banni)pour conclure lui posait la question "Maintenant que vous aller ne plus être secrétaire de la CFDT, vous allez peut être monter une entreprise ( normal on parlait chomage et travail), : euhhh non je n'ai pas de capital; mais les banques vous prêteraient volontier, oui!!! mais non c'est pas le bon moment". ET ainsi cette conclusion contredisait tous les propos qu'il avait tenu pendant la 1/2h d'entretien. Eh oui c'est normal que les entrepreneurs partagent les bénéfices, mais c'est pas normal qu ils licencient quand les contrats diminuent. Eh oui certains hypothèquent leur maison prennent des risques et quand ils réussisent on leur jette à leurs gueules, "j'aime pas les riches", et quand cela devient duraille avec les temps difficiles, ce sont des salots parce qu'ils ne gardent pas les gens. C'est pas "normal" que des actionnaires ( peut être vous avec votre assurance vie ou retraite complémentaire) fassent des intérêts sur l'argent investi et ne les restituent pas lors que les entreprises sont en difficultés pour payer les salariers. Et c'est pour cela que je n'ai pas envie de risquer mes quelques petits "sousou", les "partageux" à la mode soc sont bien trop ingrats. Ils ont choisi ils se démerdent.

  • lapsus
    lapsus     

    OUI? NON!!!

  • roserouge
    roserouge     

    Je connais des jeunes de 35 ans qui bénéficient d' aides sociales, qui sont logés nourris par papa, maman, qui travaillent au black et qui sont au CHÔMAGE depuis 5 ans (...)

  • lamadeleine
    lamadeleine     

    il y a des solutions qu'il nous les donne ou plutot qu'il les vendent à montebourg car lui n'a rien compris il fait fuir les riches et n'a pas encore compris que les emplois les suivaient c'est pourtant à la portée du premier idiot venu!

  • EMPLOYEUR
    EMPLOYEUR     

    je suis employeur. J'aurai la possibilité d'augmenter mon chiffre d'affaire donc d'embaucher pour pouvoir répondre à la demande. Mais avec tout ce que nous prépare ce gouvernement, quelle est mon intérêt?
    Tout ce que je vais gagner en plus, avec des emmerdes en plus, en embauchant, je vais devoir le rendre à l'état. Résultat: je continue mon petit train avec ma vingtaine d'employé.
    Il faudrait quand même un jour que tous ces types là mettent les pieds dans les entreprises et se rendent compte de la réalité des choses et ne pas se contenter de lire des rapports écrits par des experts fonctionnaires ou syndiqués.

  • menteursmenteurs
    menteursmenteurs     

    Un député gagne 5.177 euros nets par mois
    Précédente
    Suivante


    Les député sont chargé du vote des lois Photo © Assemblée nationale
    La rémunération des députés s'élève à 49 millions d'euros
    L'indemnité des députés est calculée sur la base du traitement des hauts fonctionnaires. Elle s'élève actuellement à 5.400 euros, ce qui correspond à la rémunération d'un conseiller d'Etat ayant moins d'un an d'ancienneté. A cela s'ajoute une indemnité de résidence de 162 euros et une indemnité de fonction de 1.390 euros. Ce revenu brut mensuel de 6.953 euros est amputé de 1.775 euros de cotisations sociales diverses (pensions, solidarité, CSG, CRDS…). Au total, chaque mois, un parlementaire de la chambre basse empoche 5.177 euros nets. ________________________
    Pas de notes de frais
    A ce revenu, s'ajoute une "indemnité représentative de frais de mandat" destinée à couvrir l'ensemble des coûts induits par l'exercice de la fonction de député : restaurant, carburant, réceptions… En bref, cela couvre ce qu'une entreprise finance sous forme de notes de frais.----------------------------------- Cette indemnité s'élève en 2007 à 6.278 euros bruts par mois.------------------------------ Pour l'Assemblée Nationale, le budget consacré à la rémunération des 577 députés s'élève à plus de 49 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 64 millions d'euros de charges sociales.__________________________
    Mais bien souvent, les députés ne se contentent pas du seul mandat de parlementaire. Leurs revenus sont alors plafonnés. Les maires, conseillers généraux ou régionaux qui siègent au Palais-Bourbon ne peuvent au total percevoir plus d'une fois et demie le montant de l'indemnité parlementaire.___________________________
    Chômage et retraite
    Par ailleurs, les députés disposent de leur propre caisse de retraite. A partir de 60 ans, ils peuvent toucher leur pension en fonction du nombre d'annuités de cotisation.------------------------------- En moyenne, la retraite d'un ancien parlementaire s'élève à 2.192 euros.-------------------------- Enfin, les députés ont aussi leur assurance chômage. S'ils ne sont pas réélus,___________________________________ les députés au chômage perçoivent, pendant six mois, une aide au retour à l'emploi équivalente à leurs indemnités parlementaires.________________________________________
    En plus de ces indemnités personnelles, les députés disposent d'un pécule pour rémunérer leurs collaborateurs. Fixé à 8.949 euros par mois, ____________________ce crédit peut financer quatre postes d'assistants parlementaires.__________________________ Ces collaborateurs peuvent être basés à Paris ou en circonscription. Si le crédit n'est pas entièrement consommé, le surplus revient dans les poches de l'Assemblée nationale.

Lire la suite des opinions (30)

Votre réponse
Postez un commentaire