En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les quatre agents pourraient rester en garde à vue quatre jours.
 

Cinq policiers ont été placés en garde à vue lundi. Ils sont soupçonnés d'avoir racketté des dealers, et d'avoir participé à des trafics de stupéfiants.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • pistache33
    pistache33     

    Ils l'ont bien cherche maintenant ils doivent assumer.

  • gouik
    gouik     

    L'honneur se couche devant le pognon, c'est la société actuelle!, bravo les libéraux de tout poils

  • constantin
    constantin     

    merci la gauche et taubira

  • constantin
    constantin     

    il vas bien la France taubira

  • valgego
    valgego     

    Problème de cause à effet , de recrutement ,de mission et d'affectation . On traite les causes , on supprime les effets , on les entretient on en est responsable .

  • mdo100
    mdo100     

    Des policiers voleurs, MAIS NON !
    Ils sont innocents comme toujours.

  • MENUSBOIS
    MENUSBOIS     

    Des policiers voleurs, un directeur d'école violeur, des hommes politiques tricheurs et profiteurs.........voilà le triste spectacle d'un pays en déclin. Il est grand temps de remettre de l'ordre dans la maison France.

    DADOURUN
    DADOURUN      (réponse à MENUSBOIS)

    VIVE LE ROI

  • iamagic
    iamagic     

    On est bien gardé!! Entre la gendarme copine d'un ami de Coulibly et là ces flics ripoux.... certes TOUS ne sont pas comme ça, mais le ver est dans le fruit et il faudrait faire le ménage... Remarquez-bien qu'eux vont s'en prendre plein la figure, mais les criminels sont laissés en liberté!

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à iamagic)

    La dernière phrase n'était pas indispensable. Vous ne savez pas s'ils vont être punis justement .. .

  • spid
    spid     

    un bel exemple que voila,après ont s étonnes que la jeunesse d aujourd’hui huit n’est plus de respect pour les forces de l ordre,faudrait que les grands chefs fassent un grand tri dans tout ça,virer les ripoux ,afin de redorer le statut des fonctionnaires de polices,après quand ont voit dans quelle conditions travaille ceux ci,risquer sa vie tout les jours pour arrêter les trafiquants,et relâcher derrière,peut être qu ils s adaptent aux méthodes des voyous,la justice nous le diras,faut attendre la suite

  • Facebook-10206641809551039
    Facebook-10206641809551039     

    Quatre policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de Stains (Seine-Saint-Denis) ont été interpellés ce lundi, selon les informations de M6.


    Ces fonctionnaires sont soupçonnés de corruption mais aussi de menaces envers leur supérieur hiérarchique.

    C'est la Direction territoriale de la sécurité de proximité de Seine-Saint-Denis qui a saisi le procureur il y a plusieurs mois lorsque des comportements suspects ont été signalés au sein de la BAC de Stains. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête et l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices) a lancé des investigations.

    On ignore pour l'instant la nature des faits de corruption dont les agents sont suspectés. En revanche, on en sait un peu plus sur les «menaces à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité» évoquées par les journalistes de M6.

    L'ancienne commissaire qui supervisait la BAC de Stains aurait constaté «des dysfonctionnements majeurs» au sein de son service. A ce moment, elle aurait fait l'objet de menaces anonymes, les pneus de sa voiture auraient été crevés et un fonctionnaire du commissariat serait allé jusqu'à consulter un fichier de police pour trouver son adresse personnelle… Depuis, la commissaire a été mutée dans un autre hôtel de police dans le sud-ouest de la France. On ne peut assurer pour l'instant que les deux dossiers — corruption et menaces — sont liés.

    Les policiers soupçonnés avaient été détachés de la BAC et affectés dans d'autres services placés sous une surveillance hiérarchique plus étroite que ces unités de terrain.

Votre réponse
Postez un commentaire