En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une agression justifie-t-elle un arrêt des trains?
 

Alors que de nombreux contrôleurs ont décidé de cesser le travail, après l'agression d'un de leurs collègues jeudi, le président de la SNCF, le ministre des Transports et de nombreux passagers crient à la démesure. Ont-ils raison ?

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

270 opinions
  • ms1a
    ms1a     

    ah ben oui c'est sur, tous les matins en me levant je me dis que je devrais plus prendre conscience des problemes de securité des controleurs, ca devrait meme etre une priorité nationale.

  • zebre
    zebre     

    le problème ce n'est pas cette grève mais le nombre de grèves et de perturbations dus aux arrêts intempestifs de travail. Tous les motiofs sont bons pour occuper le terrain et mener la vie dure aux usagers. Messieurs nous ne sommes pas responsables ddes problématiques de votre métier tout comme vous ne l'êtes pas des miens alors un peu de compassion pour tout ces travailleurs qui veulent rentrer chez eux après une dure journée.

  • jean rève
    jean rève     

    Marseille, Sud Rail.....
    L'avenir de la France.
    Va falloir remettre certaines régions au boulot, et vite....

  • ELFAFA
    ELFAFA     

    C'est vrai qu'on a vachement envie de les soutenir lorsque l'on se retrouve coincé loin de chez soi, sans aucune solution pour te ramener. La solidarité y est oui, entre cheminots. Les usagers, ce n'est pas leur problème, car il y aurait d'autres solutions que celles-ci pour protester et rester vraiment solidaires. Tout ce que provoque ce genre d'actions prises dans l'instant est malheureusement du mécontentement, de l'agacement, et l'accumulation mène à des insultes. Je comprends les revendications, je ne comprends pas la manière, et comme je l'ai déjà indiqué la "solidarité" est présente oui, mais entre cheminots uniquement.

  • lafaye
    lafaye     

    Est-ce que l'auteur des faits, Yassine Moumed (déja bien connu de la police) sera inquiété par la justice ou sera t-il jugé irresponsable ?

  • erwann 32
    erwann 32     

    Bien sûr que non, les gens ont besoin d'aller à leur travail pour vivre et ne doivent pas subir les conséquences d'un acte ignoble, mais il parait qu'il faut gérer la violence en éduquant et non pas en punissant continuons et il y aura de plus en plus d'agressions ...Quoi faire et bien commencer à l'école par une education plus stricte, responsabiliser les parents si leur gosse sort le soir àvant la majorité et qu'il fait des conneries on coupe les allocations , puis remettre le service militaire et aux coupables pas de prison mais réouvrir Cayenne à travailler à casser des cailloux , mais qui en a entre les jambes pour faire celà ? personne .... Et à la Sncf ou Ratp n'y a t'il pas possibilité de mettre en place aux portières des trains des appareils pour voir si les gens ont une arme et dans les gares des portiques pour ne pas laisser aller les gens non munis de billets aux quais !!!

  • Verly.
    Verly.     

    ...c'est quoi à votre avis...

  • Verly.
    Verly.     

    ...car votre statistique n'a tenu aucun compte de la répartition par profession. C'est 1% tout le monde confondu. On sait seulement grâce à la presse que les agents hospitaliers, les policiers, les enseignants, et les agents des transports publics du public comme du privé sont des cibles privilégiées.

  • nizier de puitspelu
    nizier de puitspelu     

    c'était dans le métro de Lyon, j'ai oublié de préciser.

  • nizier de puitspelu
    nizier de puitspelu     

    En tous cas pas les agressions quotidiennes de voyageurs dans le rer ou le métro... Je me rappelle d'un étudiant qui a eu la gorge tranchée il y a quelques mois pour avoir osé dire à quelqu'un qui fumait de s'arrêter : il n'y a pas eu une seule réaction, l'affaire n'avait pas dépassé la presse locale...

Lire la suite des opinions (270)

Votre réponse
Postez un commentaire