En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Malgré la mise au point de Vincent Peillon, des comités locaux ont choisi de maintenir leur appel à retirer les enfants des écoles maternelles et primaires aujourd'hui.
 

Pas question de laisser la rumeur se propager : Vincent Peillon veut rassurer les parents qui n'envoient pas leurs enfants à l'école par crainte de la théorie du genre. Mais tous ne semblent pas convaincus par le ministre.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

71 opinions
  • Al Azar
    Al Azar     

    Sur le site du Centre National de Documentation Pédagogique, on trouve plusieurs « outils pédagogiques » mis à disposition des professeurs pour se « donner tous les moyens de déconstruire, par le savoir, les préjugés qui s’opposent à l’égalité véritable ». L’impitoyable égalité ne s’arrête pas aux portes de la classe et poursuit les bambins jusque dans la cour de récréation. Ainsi, une fiche technique de six pages, propose, schémas à l’appui, de redéfinir les règles du gendarme et du voleur dans le sens d’une plus grande égalité des chances. « En EPS, les jeux traditionnels ne peuvent être utilisés de manière classique, où les plus faibles sont éliminés, c’est contraire à l’éthique de l’école ! » (Qu’est ce que cette fameuse « éthique de l’école », nous n’en saurons pas plus, mais passons.) Il faut donc imaginer « des jeux où les perdants ne sont pas éliminés » et « bannir la situation de domination/humiliation du « chef » d’équipe qui choisit ses co-équipiers (les plus faibles, souvent des filles, étant choisis en dernier ». Les enfants doivent être considérés comme des entités interchangeables sans caractéristiques physiques, et la méritocratie abandonnée au profit d’un strict égalitarisme. « Ce jeu peut apparaître très agressif aux enfants timides, notamment aux filles qui n’ont pas l’habitude des confrontations, parce qu’il est mouvant (il y a des déplacements dans tous les sens) et que le gendarme a un pouvoir symbolique de mort (« je te prends ta vie ») ». Brrr… on tremble déjà des traumatismes qu’on dû subir les marmots avant que la pédagogie s’en mêle. Il faut donc appliquer une stricte « égalité des chances entre gendarmes et voleurs », insister sur l’usage de la stratégie plutôt que sur celui de l’agilité, tout ce qui est « physique » étant systématiquement dévalorisé comme trop déterministe. Autre belle invention de nos budgétivores désœuvrés, la « danse scolaire du Petit Chaperon Rouge » ; où les filles sont incitées à jouer le loup et les garçons les chaperons, « la lutte contre les stéréotypes (passant) d’abord par la mixité des rôles loup-Chaperon » Mon préféré reste la grande destruction pédagogique de la « figure de la belle ». Ah, la figure de la Belle, cet imaginaire dominant, qui, de Blanche-Neige à la Belle au bois dormant en passant par Cendrillon, participe au « renforcement de stéréotypes précocement institués dans les pratiques de diffusion à l’école et dans les médias ». En effet, dans les « contes patrimoniaux » (entendre Perrault, Grimm et cie) « la belle a un rôle passif du faire valoir du héros », elle ne se définit « que par ses critères de beauté » et véhicule donc une image de la femme soumise et improductive attendant désespérément que le mâle dominant vienne tuer le non moins dominant dragon. Soulignons tout de même que personne ne se souvient des princes de Walt Disney, créatures lisses et effacées qui n’ont pour simple attributs que la beauté, tandis que l’histoire retient le nom des Belles. Contre ces métarécits réactionnaires, il faut donc privilégier « des réécritures qui font la part belle à l’émancipation du personnage féminin », des « princesse qui ne veulent pas se marier », laides pauvres ou méchantes, bref « loin des princesses sages et conventionnelles ». L’arsenal éducatif abonde d’autres outils pour modeler l’indifférenciation des âmes enfantines: montrer que Louis XIV, en véritable drag-queen, portait des souliers à talons et des rubans, raconter l’histoire d’Hector, l’homme extraordinairement fort qui tricote, faire danser les garçons et jouer au rugby les filles. Bref, « tendre vers une culture commune » dans le grand bain de l’indulgence et surtout, beaucoup, mais alors beaucoup, de pédagogie. Rien de bien méchant, pourrait-on dire. Mais tout le problème est que pendant que les serviteurs du grand Mammouth s’ingénient à éduquer des bons petits soldats de l’égalité, ils négligent leur instruction (1 élève sur 5 en sixième serait illettré). Or, je préfère un monde où les filles se rêvent en princesses mais apprennent à lire, qu’un monde d’analphabètes où tout le monde jouerait au rugby ensemble. Qu'on se le dise !

  • visiocode
    visiocode     

    C'est ce que je pense… Sauf que si on considère qu'un retournement de situation serait "le pire", la on a le sentiment que le ciel nous tombe sur la tête et il devient très difficile de prendre de la distance pour affronter cette nouvelle situation.

  • cytom94
    cytom94     

    http://www.marianne.net/martinegozlan/Qatar-Un-lycee-Voltaire-version-Charia_a104.html : manifestement un ministre du gouvernement sait parfois être favorable aux intégristes...

  • capitaine conan 3
    capitaine conan 3     

    et la dame elle apprecie?allez jusqu'a bout de votre liberte d'expression, mme "yin yang"

  • cytom94
    cytom94     

    Pourquoi n'est-il déjà pas en jupe ? Vous etes l'avant garde éclairée du progrès non ? Bref, la théorie du genre, c'est bien pour les autres quoi... Et bien moi, pour mes enfants, je n'aimerais rien de "pire" : ni en faire des "genres" ni en faire des "nazis". Ca doit quand même être possible non, d'avoir juste une instruction sans avoir à choisir entre des idéologies ?

  • Al Azar
    Al Azar     

    JJB morigénait le CFCM ce matin, mais cette égalité homme/femme est contraire à la religion musulmane et à ses textes ! Un musulman sans la charia est un musulman renégat, tout simplement un apostat, comme s’il abjurait l’islam. Il doit savoir que sans elle l’islam est comme un corps sans vie. C’est elle qui codifie la vie des musulmans dans ses moindres petits détails. Elle est leur feuille de route et leur seule et unique voie qui ne tolère aucune autre voie à suivre pour ses fidèles. C’est leur cordon ombilical qui les rattache à la matrice islam. Se proclamer musulman sans la charia revient à pratiquer l’islam tout en rejetant ses 5 piliers. il faut oser le dire ! Entre autres, la sourate IV,verset 34 ne dit-elle pas : l'homme a autorité sur la femme en vertu des faveurs qu'allah accorde à celui-ci sur celle-la...la soeur hérite de la moitié de la part du frère, il faut 4 femmes pour contre-balancer le témoignage de 2 hommes, ne va pas à la prière si tu as touché une femme sans faire tes ablutions (la femme est un être impur dans ce livre en vente libre, parole même de dieu rapportée par le prophète de l'islam). Qu'en pense Najat ? Que fait-elle pour faire cesser cette discrimination ? Voila pourquoi monsieur Dalil Boubakeur proteste au nom des musulmans et veut être entendu ! Mais JJB est un ignorant de cette idéologie de paix, tolérance et amour, comme il dit !

  • Al Azar
    Al Azar     

    Le socialisme totalitaire est à l'oeuvre en voulant modeler et formater les esprits pour les manipuler...ils voulaient changer la vie autrefois et ils ont échoué économiquement, maintenant c'est l'homme socialiste qu'ils veulent promouvoir en changeant l'homme...un fantasme de plus ! Les enfants sont devenus pour eux un champ d'expérience pour façonner des esprits malléables à leur funeste dessein.

  • visiocode
    visiocode     

    Moi je pense que l'orientation sexuelle fait AUSSI partie de l'éducation. Nous serions peinés que nos enfants ne nous sollicitent pas pour essayer de comprendre l'évolution de leur corps. Chez nous ça cause et on apprécie... Après si leur choix va vers l'homosexualité NO PROBLEMO et bien sur que nous l'accepterons. Mais il est hors de question qu'ils n'aient que des avis extérieurs pour une chose aussi importante. Pour le reste, ça se discute aussi en famille et nous ferons tout pour que leurs orientations n'arrive pas aux extrêmes... Pour faire simple, nous souhaitons que nos garçons nous donnent des petits enfants et qu'ils aient le respect d’autrui. Est-ce anormal ??? Et si les choses devaient changer en cours de route, eh beh nous gèrerons sur le moment...

  • Phrygien de naissance
    Phrygien de naissance     

    Non, c'est juste la journée de la jupe !

  • clorouk
    clorouk     

    Censuré hier parce que je mettais en doute l'indépendance d'Alain Marschall sur RMC aussi bien (et même pire) sur BFM, je reviens sur le sujet qui justifiais ma réaction et qu'on ne peut passer par profit et perte du jour au lendemain. La principale GG d'hier, un jeune enseignant pétri de certitudes, plein de morgue et de mépris pour tous les intervenants qui lui apportaient la contradiction, de ces hâbleurs qui savent tout, qui ont tout vrai et qui sont tout bons, n'avait sans doute pas lu le rapport Lunacek qui arrivera le 4 février sur le bureau du parlement européen. Je vous engage à en lire quelques extraits pour éclairer votre lanterne et cesser d'accorder la moindre confiance aux déclarations de M.Peillon, lequel d'ailleurs a commis en 2003 un livre qui ne laisse aucun doute sur ses intentions quant à l'évolution de l'école qu'il appelle "républicaine".
    http://medias-presse.info/la-theorie-du-genre-et-le-rapport-lunacek/5804

Lire la suite des opinions (71)

Votre réponse
Postez un commentaire