En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Champ de colza près de Lyon.
 

Les restrictions d'irrigation des cultures continuent de s'amplifier en France en raison des températures élevées et du temps sec, touchant désormais 17 départements, deux fois plus qu'il y a une semaine.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

34 opinions
  • .ecolos
    .ecolos     

    Sur ces 5,6 milliards de mètres cubes d'eau de consommations nettes :
    les agriculteurs ne represente que 3 % de la population et consomme

    43 % ont été consommés par l'agriculture, via l'irrigation. Cette consommation agricole connaît un accroissement rapide, les surfaces irriguées ayant pratiquement quadruplé entre 1970 et 1997. Il faut, selon les cultures, de 500 à 4 000 mètres cubes d'eau par hectare en irrigation par aspersion, en année moyenne.


    42 % sont liés à la consommation en eau potable par les collectivités locales. On estime, en moyenne, que la consommation française en eau potable est de 150 litres par jour et par habitant.


    7 % ont été consommés par les activités industrielles. Les secteurs industriels les plus "gourmands" en eau sont notamment la métallurgie (il faut 300 à 600 litres d'eau pour produire un kilogramme d'acier), la chimie, l'agroalimentaire (il faut 300 à 400 litres d'eau pour produire 1 kilogramme de sucre), les raffineries de pétrole et l'industrie de la pâte à papier (il faut 40 à 500 litres d'eau pour fabriquer 1 kilogramme de papier, mais seulement 1 à 10 litres pour fabriquer 1 kilogramme de papier recyclé).


    8 % ont été consommés par la production d'électricité. En réalité, la très grande majorité de l'eau prélevée pour le fonctionnement des centrales électriques est restituée dans le milieu naturel... qu'elle peut perturber par sa température plus élevée.

  • .ecolos
    .ecolos     

    correction 94 460 000 hect x 2500 m3 (17,1 % du total, 51 % des terres arables fite le calcule de la secheresse et de laollution des terres

  • préfontaine
    préfontaine     

    que de franchouillards tant que je sache. 100000 hectares contre 66.000.000 de mecs et nanas et des marmots! Si les franchouillards utilisent que 80 m3 au lieu de 120 m3 vous voyez l'économie d'eau pour la semoule du couscous familial.Patate!

  • moudubulbe
    moudubulbe     

    Le maïs français sert surtout à nourrir le bétail espagnol.
    Le maïs n'est pas adapté à notre pays.
    STOP AU MAÏS EN FRANCE, OGM OU PAS.

  • moudubulbe
    moudubulbe     

    Dans les départements concernés, on continue de laver les voitures, d'arroser le maïs...etc etc...
    Les restrictions ne sont que pour les gogos...

  • La rascasse
    La rascasse     

    Quand il neige à l'automne et qu'il fait -5°
    personne ne vient dire que c'est pas normal. Et bien moi de la chaleur j'en veux, on s'habitue mieux au chaud qu'au froid. Pas de consommation d'éléctricité, de gaz et fioul pour se chauffer, pas de sel sur les routes donc économie. Et que les pleureuses de la météo sur TF1 arrêtent avec leur on est en dessus des normals de saison et c'est bon pour la planète.

  • av.roule
    av.roule     

    des cultures pour nourrir 6 milliards de personnes dans votre srupidite au si grosse que vous !!!
    C’est « un infernal gaspillage de l’eau. Le maïs est une culture tropicale qui nécessite environ 2 500 m3 d’eau par hectare et par an. En comparaison, une famille française utilise 120 m3. Et pourtant, ce sont eux qui sont priés d’économiser l’eau. De plus, pour l’irrigation, des priorités s’imposent. Mieux vaut donner la priorité aux cultures à forte valeur ajoutée (fruits et légumes) qui valorisent l’eau en créant de la richesse, plutôt que les productions de masse qui n’ont d’autre intérêt que de générer des primes européennes. La monoculture de maïs irriguée est une double aberration écologique et économique, elle détruit les sols, porte atteinte à la ressource quantitative et qualitative en eau. D’ailleurs, elle ne survit que grâce aux perfusions de la politique agricole commune. En effet, une prime spécifique est versée pour les hectares de maïs irrigués dans un grand nombre de départements (208 euros dans la Vienne) et comme si cela n’était pas déjà trop, la collectivité doit aussi financer la construction de réserves d’eau pour pérenniser cette pratique ! ».

  • Cpte_supprimé_310113
    Cpte_supprimé_310113     

    Tout a fait, déboissement et remembrement pour faire de la culture industrielle ,j'abite dans un département ou il y a encore soisante ans la moitie des surfaces etait couverte de sapins ,les sapins on disparue pour faire place au desert de Gobie OU LES ORAGES ARRIVE AVEC UNE VIOLENCE INOUIE FAISANT DES DEGATS IMPORTANTS A CHAQUE FOIS,ET EN PREMIER AU RECOLTES, MAIS CE N'EST PAS GRAVE ILS SONT ASSURES

  • fab 58
    fab 58     

    Et sans mais et sans blé tu manges quoi... réfléchissez un petit peu faut bien des cultures pour nourrir 6 milliards de personnes. Réfléchissez plus loin que le bout de votre nez.

  • préfontaine
    préfontaine     

    désaltérez vous au jaja ! Hips!

Lire la suite des opinions (34)

Votre réponse
Postez un commentaire