En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Dans une cité de Colombes, mercredi.
 

Après huit mois d'accalmie, deux règlements de comptes se sont produits en moins de 24 heures dans cette ville des Hauts-de-Seine gangrenée par le trafic de drogue. Inquiet, le maire fait le parallèle avec Marseille.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • charlesquinattendplus
    charlesquinattendplus     

    Je pense la même chose que vous, mais je crains que ces gens là, habitués à beaucoup d'argent facile, se chercheront une nouvelle source de revenus et se lancent alors dans l'enlèvement de personnes, comme au Brésil par exemple, où de plus en plus de gens roulent en voitures blindées et ne s'arrêtent plus aux feux rouges, ou ne sortent pratiquement plus de chez eux, à cause de la criminalité.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Je sais pas pourquoi j'ai pas l'impression que ce soit ironique ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Et tout le monde sait qui c'est ...

  • klm446
    klm446     

    Pas besoin d'aller en Syrie !!!

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    on va reprendre les compagnies de CRS de Marseille !!!

  • tubalcain
    tubalcain     

    Que la production, le transport et la distribution du cannabis soient monopoles d’État et vous verrez vos trafiquants de drogue dans les cités aller sagement pointer au pôle emploi et se contenter de leur RSA pour financer l'achat de leur berline allemande!

Votre réponse
Postez un commentaire