En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Réforme du bac: les filières L,S et ES en sursis

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale.
 

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, envisage de supprimer les filières générales. Une option qui sera discutée lors de la concertation sur la réforme du baccalauréat qui s'ouvre ce lundi.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • danbas84
    danbas84     

    Rien de nouveau . La destruction suis son chemin

  • Pascal Sivade
    Pascal Sivade     

    Il y a des enseignants qui ont été recrutés pour 42 ans. S’ils sont professeurs de SVT, d’histoire-géographie ou de mathématiques, ils enseigneront quoi qu’il advienne les SVT.
    Comment peut on tenir des propos aussi arriérés? En tout cas ils confirment que l'on ne peut plus avoir des fonctionnaires à vie pour ce type d'emploi.
    La formation cela existe pour le privé, alors moins de vacances et formez vous.

    Ratio
    Ratio      (réponse à Pascal Sivade)

    Arriéré, c est croire qu un petit stage suffira , renseignez vous sur les concours d enseignant. Et puis rien ne vous empêche de vous y présenter : ils sont ouverts à tous, mais prévoyez de bosser le programme pendant vos vacances. Et soignez donc cette rancoeur vis à vis des profs : une petite formation peut être?

    vanda100
    vanda100      (réponse à Pascal Sivade)

    On sent chez vous une rancœur contre le corps enseignant, probablement justifiable.

    Maintenant la formation continue dans les entreprises privées ne convertit jamais des employés bac + 4 de formation commerciale à des fonctions d’ingénieurs. Dans le même sens, un enseignant de français ne peut pas enseigner les maths dans un lycée.

    Vous imaginez peut-être nécessaire de licencier certains profils d’enseignant pour en recruter d’autres ? Sachez que l’Education Nationale a beaucoup de mal à recruter. Dans le chômage ambiant actuel, cela peut sembler paradoxal ! Mais en fait, la fonction est devenue très lourde et pas suffisamment payée. Les entreprises privées présentent des carrières plus attrayantes à ceux qui n’enseignent pas le latin !

    THIFE
    THIFE      (réponse à vanda100)

    Paradoxal de ne pas pouvoir recruter des enseignants ? Dans certaines académies avec 4/20 on a le droit d'enseigner, et on s'étonne que le niveau des élèves ne cesse de baisser, ils sont au niveau de leur prof.

    vanda100
    vanda100      (réponse à THIFE)

    Justement, votre exemple illustre bien le problème de recrutement de l’Education Nationale !

    Il faudrait inciter à l’apprentissage dès la 3ème. Cela réduirait un peu le besoin de professeurs en lycée. Seulement voilà, l’apprentissage fonctionne surtout au niveau BTS et pas de façon optimale car les employeurs ont pléthore de stagiaires qu’ils n’ont pas besoin de payer. Au niveau 3ème, il y a très peu d’employeurs qui veulent « s’embêter » avec des apprentis ados pas très motivés. Il va falloir que le Gouvernement change beaucoup de choses... ;

    vanda100
    vanda100      (réponse à THIFE)

    Justement, votre exemple illustre bien le problème de recrutement de l’Education Nationale !

    Il faudrait inciter à l’apprentissage dès la 3ème. Cela réduirait un peu le besoin de professeurs en lycée. Seulement voilà, l’apprentissage fonctionne surtout au niveau BTS et pas de façon optimale car les employeurs ont pléthore de stagiaires qu’ils n’ont pas besoin de payer. Au niveau 3ème, il y a très peu d’employeurs qui veulent « s’embêter » avec des apprentis ados pas très motivés. Il va falloir que le Gouvernement change beaucoup de choses... ;

    vanda100
    vanda100      (réponse à THIFE)

    Justement, votre exemple illustre bien le problème de recrutement de l’Education Nationale !

    Il faudrait inciter à l’apprentissage dès la 3ème. Cela réduirait un peu l'enseignement théorique et le nombre de professeurs requis en lycée. Seulement voilà, l’apprentissage fonctionne surtout au niveau BTS et pas de façon optimale car les employeurs ont pléthore de stagiaires qu’ils n’ont pas besoin de payer. Au niveau 3ème, il y a très peu d’employeurs qui veulent « s’embêter » avec des apprentis ados pas motivés et mal éduqués. Il va falloir que le Gouvernement change beaucoup de choses...

  • vanda100
    vanda100     

    La question est combien d’enseignements un lycéen devra suivre ? J’imagine qu’il y aura un tronc d’enseignement commun avec Français, anglais, une LVII, histoire-géo, sports, tout de même ?

    Il y aurait donc des options « qualifiantes » pour l’enseignement supérieur et cela dès la classe de seconde ? Ce sont donc les professeurs de collège qui devront aider leurs élèves à s’orienter en classe de 3ème,, pas les professeurs de lycée.

    L’orientation, pour ne pas dire la sélection est inévitable en fac. Ce sont les bacs pros qui envahissent les facs sans aucune formation et aptitude préalable. Depuis quelques années, on contraint les classes de BTS tertiaires à prendre un quota de bac pro pour leur donner plus de chances et on limite l’accès de ces mêmes BTS aux autres bacs. Mais vu la croissance démographique des facs, cela ne change probablement pas grand-chose.

    Un sujet peu abordé. Certains étudiants réalistes qui s’inscrivent en fac ont pour objectif prioritaire d’avoir la Sécurité Sociale, une bourse et un job en parallèle car ils savent qu’ils auront des difficultés d’insertion professionnelle vu leurs aptitudes.

  • beaudolo
    beaudolo     

    ....mais l'EN est aussi en sursis!!!!!

Votre réponse
Postez un commentaire