En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les lésés du DALO peuvent désormais attaquer l'Etat.
 

Les lésés du Droit au Logement Opposable peuvent dès aujourd'hui assigner l'Etat en justice. Christine Boutin, ministre du Logement, défend cette loi et son bilan.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • action4
    action4     

    J'ai regardé les infos sur l'A2 ce jour à 13 h. Conernant le bâtiment, je trouve que c'est une bonne décision de faire collaborer les élus locaux, les bailleurs sociaux et les promoteurs immobiliers. Bien que certains soient réticents car entreprises individuelles souhaitant se remplir les poches ! il vaut mieux cela que de faire faillite. Au moins certains de nos compatriotes peuvent acheter un bien à 260 000 Eu au lieu de 320 000. Ils font une bonne action pour héberger les familles. Bravo et merci. Continuez comme cela. Bien que cela ne soit pas facile à mettre en place, on en est conscient. Cela nous va droit au coeur ! pour ceux qui peuvent en profiter.

  • action4
    action4     

    On nous dit qu'il va y avoir 45000 personnes au chômage dans le bâtiment ! En même temps il n'y a pas assez de logements pour y loger les mal logés et les sans domicile fixe. On nous dit de faire le 15 si on en voit dehors. Oui mais on voit à la télé des hébergements neufs pour les sans-abris (4 par chambre)chauffés et vides depuis 3 jours (donc avec les impôts des contribuables). Et on nous dit qu'"il ne fait pas assez froid" pour les recevoir dans les centres d'hébergement, alors qu'ils dorment à même le trottoir en centre ville. Mr le Député Maire a du faire une lettre au Préfet pour qu'il accepte de prendre acte d'ouvrir aux sans domicile fixe ces dits hébergements ! En attendant "le bon vouloir du Préfet" on continue à entendre qu'il y en a qui meurent tous les jours ! Nous citoyens on les voit sous nos yeux (tôt le matin, dans la journée et le soir). Vraiment "on marche sur la tête" ! On nous prend pour des imbéciles ! Mais faites donc quelque chose pour débloquer la situation !

Votre réponse
Postez un commentaire