En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté met notamment en cause l'étanchéité entre les détenus regroupés et le reste de la prison.
 

Mises en place après les attentats de janvier 2015, les unités dédiées à la lutte contre le prosélytisme en milieu carcéral seraient loin d'être efficaces. La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté fait un constat sévère sur ce dispositif.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • danbas84
    danbas84     

    Du coup on garde les fichés S pour radicalisation.
    C'est bien ça la conclusion de ce piètre rapport ?

Votre réponse
Postez un commentaire