En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Avalanche meurtrière à val d?isère
 

PARIS (Reuters) - Quatre skieurs ont été tués mardi dans une avalanche à Val-d'Isère et un autre a été blessé, a-t-on appris auprès de la préfecture...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • papy780
    papy780     

    c'est malheureux et oui !!! mais c'étaient des irresponsables......

  • jamess74
    jamess74     

    Les frais d'hélico sont à la charge des victimes (car en Tarentaise la Sécurité Civile et les Gendrames de Haute-montagne n'ont même pas d'hélico, ils en louent un à l'année : un combre quand on sait que c'est endroit avec le plus de stations de ski du monde).

    Le médecin dans l'hélico est payé par la Sécu, la victime (ou son assurance) et par la mutuelle personnelle de la victime (si il en a une)... comme n'importe quel médecin de ville.

    Le personnel qui intervient (Gendarmes de Hte Montagne/Sécurité Civile) est payé par l'Etat comme n'importe quel pompier ou gendarme puisque c'est leur métier... comme n'importe quel pompier/gendarme de ville.

    Les pisteurs secouristes sont payés par la station (c'est leur métier) et les skieurs ont payé la station avec un forfait (voir même une assurance supplémentaire "carte neige" dans le forfait).

    rappel : non assistance à personne en danger c'est 5 ans de prison et 75000 euros d'amende.c'est

  • pavlova
    pavlova     

    j'aimerais quand savoir combien cela coûte au contribuable et à la sécu.
    j'ai une pensée pour leurs famille mais si elle les avait empêchés de prendre des risques ils seraient toujours en vie.

  • un montagnard
    un montagnard     

    Ils sont parti dans un vallon très fréquenté (qui je le répète est plus un itinéraire non balisé qu'un hors piste), et lors de leur départ, le niveau de risque était de 2/5 (soit relativement modéré sur l'échelle européenne). De plus ils n'évoluaient pas en très très haute altitude (ils étaient sur des pentes au dessus de la route du col de l'Iseran).

    Le niveau de risque est passé à 3/5 bien plus tard dans la journée.

    Le hors piste est une pratique autorisée partout en France (sauf parcs nationaux). Ils étaient accompagnés par un guide et comme tous les guides il connaissait le terrain et s'était renseigné sur les conditions.

    Cet accident, c'est la faute à pas de chance, cela n'a rien à voir avec des gens sans accompagnements et sans équipements de sécurité qui se font emporter par une avalanche à des km des pistes. Là ils étaient avec un pro, avec des équipements, à 150m des pistes, sur un itinéraire très fréquenté type balade non balisée et relativement peu risqué.

  • limlorr
    limlorr     

    ben alors, puisque c'est si bien que ça, ça ne vaut mm pas l'information !

  • limlorr
    limlorr     

    Au paradis, ils pourront aussi se gaver de ski hors piste, magnifique, stimulant, plein d'adrénaline : il n'y a donc pas lieu d'éprouver tristesse ou compassion, pour eux . Il arrive toujours , quand on sort des clous, le moment où il faut payer la facture !

  • smartiz
    smartiz     

    EST DE SAVOIR/ si le hors piste etait autorise a cet endroit au moment dit; l'ESPACE KILLY EST UN PARADIS DU SKI seulemnt, il faut ecouter les pisteurs de la station et pas prendre leurs conseils a la legere! c'est malheureusement rarement le cas

  • 22 les v'la
    22 les v'la     

    C'est malheureux à dire, mais je ne les plains pas. Ce qui leur est arrivé, ils l'ont cherché.
    Pensées aux familles

  • mar17
    mar17     

    ...fait divers, comme il y en a que trop tous les ans. Une pensée aux familles endeuillées.

  • un montagnard
    un montagnard     

    Qui êtes vous pour traiter ces gens d'abrutis? La montagne c'est comme la mer. Pourtant personne ne peste contre des plaisanciers en détresse sur leur bateau...

    Les premiers à aller secourir sont des skieurs du groupe (car ils étaient comme toute personne équipée) chacun en possession d'une sonde, d'un arva et d'une pelle.

    Un professionnel était avec eux, un professionnel qui connaissait son métier, malheureusement, le risque 0 n'existe pas même sur une piste bleue. De plus, avoir été en contact avec des PGHM, il n'y a aucun risque de sur-avalanche puisque la pente venant d'être purgée par les victimes.

    Quant au lieu de l'accident, on ne peut pas parler de hors piste, mais plutôt d'un itinéraire très fréquenté et non balisé avec peu de difficultésà part au départ. C'est la faute à pas de chance, une cinquantaine de skieurs sont peut-être passé au même endroit depuis ce matin et rien ne s'était passé. La montagne est comme la mer, elle garde ses secrets.

    Le hors pistes, est un sport encadré (FFS ; FFCAM ; FFME), avec des professionnels (guides, moniteurs) formé et reconnu par l'Etat via l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme.

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire