Profanation de tombes allemandes dans un cimetière des Ardennes

Cinquante et une tombes de soldats allemands de la 1ère Guerre mondiale ont été profanées dans un cimetière militaire des Ardennes. Pour François Hollande, "aucune force obscure, et encore moins la bêtise, ne pourra altérer l'amitié franco-allemande".

BFMTV | AFP
Le 08/07/2012 à 16:25
Mis à jour le 08/07/2012 à 16:32

Ce geste "mérite la condamnation la plus ferme", a également estimé le président de la République ce dimanche à Reims. François Hollande se trouvait aux côtés d'Angela Merkel, à l'occasion du 50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande. Celle-ci avait été scellée le 8 juillet 1962 par le général de Gaulle et le chancelier chrétien-démocrate Konrad Adenauer. Un peu plus tard, François Hollande a de nouveau évoqué le sujet devant la presse, en visitant les Halles du Boulingrin à Reims. "Je ne sais pas exactement ce qu'est le mobile" de la profanation, a-t-il dit, "c'est la bêtise, peut-être davantage". Cet acte a suscité l'indignation dans la classe politique, à gauche comme à droite.

Une gerbe de fleurs déposée sur les lieux

Selon les premiers éléments de l'enquête, les croix en bois ont été renversées ou arrachées et certaines utilisées pour un feu de camp, près duquel "de très nombreuses bouteilles d'alcool et de bière" ont été retrouvées, selon la préfecture. La vandalisation des tombes allemandes s'est "probablement" faite à coups de pieds, dans la nuit de vendredi à samedi, selon le parquet de Charleville-Mézières. Les gendarmes, alertés samedi en fin d'après-midi, ont effectué des opérations pour tenter de recueillir des empreintes digitales ou génétiques, selon la préfecture. Dimanche, une gerbe de fleurs sera déposée sur les lieux afin de "marquer l'attachement indéfectible de la République à l'amitié franco-allemande", a annoncé le ministère.

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?