En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Dominique Cottrez, jeudi, devant la cour d'assises du Nord.
 

A l'ouverture de son procès pour octuple infanticide, Dominique Cottrez a évoqué jeudi devant la cour d'assises du Nord son enfance et le complexe précoce de son obésité, qui l'aurait incitée à cacher ses grossesses.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Dan24
    Dan24     

    Si tous les gens qui ont eut une enfance pourrie qui on souffert , deviennent des criminels où irions nous...
    Quand on a vécu l'enfer et bien après on fait tout pour se faire une vie la meilleur possible ...
    Aujourd'hui on cherche des excuses à toutes les horreurs de cette terre !

  • MOA01
    MOA01     

    son obésité est due à trop bouffe, un point c'est tout...

  • olivier5clisson
    olivier5clisson     

    si tous les gros tuaient leurs enfants ce serait un énorme massacre....
    eh non, être gros n'est pas une excuse pour 8 meurtres

  • MOA01
    MOA01     

    commentaire disparu?!

  • fifi3617
    fifi3617     

    la pauvre... elle est injustement accusée ?

  • fifi3617
    fifi3617     

    je vais ENCORE etre censuré pour dire qu'elle n'est pas une victime mais juste accusée de 8 infanticides ? j'ai aps dit qu'elle était coupable, la cour d'assise est là pour cela ! mais de grâce elle n'est pas la victime de 8 infanticides...

  • sonia86370
    sonia86370     

    elle demande de la compassion en plus ?

  • kedeschevres
    kedeschevres     

    puis elle pleure parce qu'elle est grosse, pas parce qu'elle a tués SES 8 ENFANTS !!

  • pinocchio
    pinocchio     

    Elle a quelque chose à raconter, les enfants qu'elle a tué ne raconteront jamais leur vie

Votre réponse
Postez un commentaire