En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des plaignantes dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Marseille, à l'ouverture du procès PIP, mercredi 17 avril.
 

Le procès des prothèses mammaires frauduleuses PIP a entamé lundi la phase des plaidoiries. Pendant 10 jours, 40 avocats vont demander des dommages et intérêts pour 6.000 plaignantes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • tdecaux
    tdecaux     

    @ravachol a 100% raison, les prothèses PIP étaient les moins chères du marché mondial et donc "normalement" utilisées uniquement dans le cadre d'un remboursement 100% sécu (reconstruction mammaire après un cancer ... ) Ce qui est assez "marrant" c'est de s'apercevoir que pas mal de chirurgiens les revendaient à prix d'or pour de la chir. esthétique .....

  • ravachol
    ravachol     

    et elles avaient le culot de demander la pose d'autres prohèses aux frais de la sécu...bien sûr

  • kaamelott
    kaamelott     

    Il faut assumer ses conneries. Tout cet argent dépensé pour simplement paraitre c'est çà la France en crise !!

  • ravachol
    ravachol     

    elles étaient tellement avides d'étaler une poitrine de bimbo, qu'elles ont taper au moins chères, il ne leur est pas venu à l'idée de se poser la question : Pourquoi un prix aussi bas???

Votre réponse
Postez un commentaire