En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Anthony Draoui, à l'ouverture de son procès en appel le 1er février 2016 à Nîmes
 

Le procès d'Anthony Draoui pour le meurtre d'une joggeuse de 17 ans a débuté au tribunal de Nîmes. Une audience qui révèle l'enfance chaotique d'un jeune homme, depuis toujours livré à lui-même.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • iamagic
    iamagic     

    Désolé mais ce n'est pas une enfance malheureuse qui justifie que l'on tue quelqu'un qui n'a rien à voir là-dedans! On a bcp trop de compassion pour des êtres inhumains!

  • colt13
    colt13     

    il était déjà connu dans l Ardèche pour des faits de violences a saint Rambert d albon mais laissé en liberté !!!!!!!!

    iamagic
    iamagic      (réponse à colt13)

    Et oui c'est grâce à ce laxisme que notre société se meurt!

  • iamagic
    iamagic     

    Il tente d'implorer la pitié pour sortir plus vite et recommencer! il imagine MAINTENANT ce que sa victime a dû ressentir! Et il n'avait pas sa tête au point de le ressentir au moment où il a commis cet acte odieux??

Votre réponse
Postez un commentaire