En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un surveillant dans les locaux délabrés des Baumettes, en juin 2013.
 

Ils dénoncent un manque d'effectifs dans une prison surpeuplée, qui conduit le personnel à assumer "des rythmes de travail infernaux".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • deuxc
    deuxc     

    Ils préfèrent bloquer l'extérieur de la prison? Ce ne sont pas les seuls à avoir des conditions de travail rudes. Certaines professions, et avec des gens qualifiés, sont elles aussi soumises à de piètres conditions d'exercice.

Votre réponse
Postez un commentaire