En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Près de 80% des nappes phréatiques sous leur niveau normal en france
 

PARIS (Reuters) - Près de 80% des nappes phréatiques françaises affichaient un niveau inférieur à la normale au 1er juin, selon un bulletin publié...

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Verly.
    Verly.     

    ...Untiers de k'eau consommée par les ménages est gaspillé par les fuites dans lzes canazlisations. On pompe à tout va dans les nappes pour faire pousser du maïs pour engraisser le bétail mais d'aprés l'Inra on pourrait sans inconvénient diminuer lka consommation d'eau d'un tiers si les cultivateurs aisaient attention. On utilise de l'eau pour faire de la pate à papier pour des pubs que nous jetons à la poubelle dès reception sans les lire et le reste à l'avenant. Pour l'eau comme pour l'électricité il conviendrait peut-être de commencer par économiser les ressources.

  • cerisettes
    cerisettes     

    ha maintenant je comprend mieux pourquoi chez nous on a pas l'eau potable(comme tout le monde)il ny a plus d'eau pour nous raccorder au reseau!!!!!!21siecle et pas d'eau potable(faut allez a la fontaine(comme pendant la guerre)par contre pour les pays africain ya des bonnes ames pour leurs donner gratuitement(mais cet juste)

  • A QUOI SERVENT LES RESERVES
    A QUOI SERVENT LES RESERVES     

    elle sont polluees par les pesticides et nitrate donc inexploitable grace a la desertification des region et assechement des nappes du a la culture de mais

  • SETTER
    SETTER     

    C'est un truc qui m'épate, on dramatise à mort le fait que les réserves d'eau sont en baisse en ce moment de rude sécheresse? Et alors, tu parles d'une affaire!...
    A quoi bon avoir des réserves, si lorsqu'on en a besoin, on culpabilise de les utiliser et on s'alarme de les voir baisser, complètement idiot comme réaction!...
    Jadis tous les gens sensés et prévoyant les disettes, faisaient avant l'hiver des réserves de tout (Haricots, lentilles, fèves, pois chiches, salé, jambon, fruits séchés, bois, et ne claquaient pas leurs sous jusqu'aux derniers...) et si l'hiver était plus rude que d'habitude, eh bien ils tapaient dedans jusqu'à les épuiser, sans en faire une pendule!...
    Mais l'absurdité du moment consistant désormais à vivre, non seulement sans aucun stock, mais pire avec le fric qu'on n'a pas encore gagné (et qu'on n'est plus sûr de gagner!..), faut pas s'étonner qu'on ne sache plus l'utilité des réserves et qu'on panique sans raison lorsqu'elles baissent...

  • pilll
    pilll     

    Il faut abolir les cultures trop en demande d'eau exp le"MAÏS" et d'autres . Changer les mentalités du tout productif sans gestion qualité . Aujourd'hui dans l'alimentation porcin on utilise du LIN, le" surgot, millet" son dans l'avenir le seul moyen de vaincre la sécheresse et le déficit de nappes sous terrennes d'eau douces .

    Changer la politique d'élevage ou polyélevage, polyculture ,voila l'avenir .

    Il y a des idées ,mais les politiques n'ont qu'a raisonner pour redresser , l’assistanat de la paysannerie engendre la fainéantise et la paresse d'imaginer le mieux ,inutile de jeter un regard de culpabilisation sur le RSA ,de l'assistanat en France il y en a partout ,Mr Wauquier ,Mr LEMAIRE dite-le à votre confrère .

  • bouseux du coin
    bouseux du coin     

    et peut etre les nappes seront 'elles rapprovisionner par les pluies

  • DRAREG
    DRAREG     

    Bah oui, les cultures ont besoin de soleil et d'eau pour prospérer. Il semble qu'aujourd'hui, le soleil soit trop puissant et trop présent, et que la pluie soit trop rare et trop violente. Quand le soleil réchauffe la terre, nous avons droit aux images de pousses sechées par la chaleur du soleil et qu'un agriculteur arrache du sol avec un air catastrophé, mais quand la pluie arrose la terre; nous avons droit aux images de pousses humidifiées par l'eau de pluie et qu'un agriculteur arrache du sol avec un air catastrophé. Bon, alors nous comprenons qu'il y a trop de soleil, et trop de pluie, pour des cultures qui auparavant s'en satisfaisaient.
    Les réserves de fourrages se mettent à brûler dans leurs hangards, alors que les prix du fourrage continuent de grimper. Ce fourrage prend t'il feu habituellement ou surtout en ce moment, ou la rareté en fait augmenter le coût?
    Le transport de fourrage d'une région à l'autre ne sera pas épargné par les péages, ainsi en ont décidées les sociétés gestionnaires d'autoroutes?. Alors, comme les banques, en cas de besoin seul l'intérêt des actionnaires prime, et la solidarité ne serait exigée que du petit peuple. Oui oui, le Sarkozysme est décidemment triomphant.

  • diablodu34
    diablodu34     

    Dire que certains se réjouissent de ce soleil en pagaille. Moi, je suis plutôt inquiet quand je vois 30 degré au mois d'avril. Tiens il y a 4 jours, nous avons eu les giboulées de....MARS. Le 13 juin, c'est réjouissant aussi ça ? Puis pensons aux agriculteurs et éleveurs qui travaillent déjà dans des conditions difficiles pour pas grand chose. Ceux qui se réjouissent de ce soleil radieux, viendront pleurer quand le pain, la farine, les légumes, les fruits etc...augmenteront encore du fait de mauvaises récoltes. Oui le soleil a un effet bénéfique sur le moral mais il n'est qu'éphémère. L'addition nous la paieront dans les mois qui viennent et encore une fois, ça va faire mal. Puissent vos larmes renflouées non nappes phréatiques. Vive la pluie

  • Chester
    Chester     

    Voici un article paru dans un journal breton (Ouest France ou Le Télégramme)

    """" Stupéfaction en Bretagne. Dans cette région d'élevage, si sensible à la qualité de son eau, souvent mise à mal par les déjections animales, l'association Eau et Rivières vient de découvrir deux projets de textes ministériels pour le moins gênants. Actualisant des textes plus anciens portant sur les nitrates en "zones vulnérables", ils augmenteraient de "20 à 40%", selon l'association, les quantités maximum de lisiers épandables. Ce tour de passe-passe, préparé "dans le secret" des ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie, ne consiste pas à augmenter le plafond d'azote organique autorisé, mais à l'appliquer à toute la surface de l'exploitation, dont étaient jusqu'à présent exclues certaines surfaces de proximité de tiers, de cours d'eau, de captages, etc."""

    C'est évidement très, très grave car la Bretagne est déjà très polluée au niveau de ses cours d'eau, plages,….et même de son eau dite potable.

    Ce serait très bien si vous pouviez en parler.
    Merci d'avance
    Très cordialement
    Christian

Votre réponse
Postez un commentaire