Polémique autour d’une église orthodoxe à Paris

Le projet de construction d’une église orthodoxe, près de la Tour Eiffel à Paris, a été relancé, mardi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et son homologue russe Dmitri Medvedev.

H.F. avec Johanne Portal
Le 28/11/2012 à 17:15
Mis à jour le 28/11/2012 à 17:21

La ville de Paris est-elle prête à accueillir une nouvelle église orthodoxe à Paris, près de la Tour Eiffel ? Mardi, Jean-Marc Ayrault a clairement répondu "oui" à la question, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue russe, Dmitri Medvedev.

La France est "attachée" à ce que le projet de construction d'une église orthodoxe à Paris "se fasse", a ainsi assuré le Premier ministre, assurant que ce projet était "sur la bonne voie".

Une "architecture de pastiche" pour Delanoë

Pourtant, le dossier semblait jusqu’ici au point mort : la semaine dernière, la Fédération de Russie avait, en effet, retiré son permis de construire, le maire de Paris contestant l'esthétique du futur édifice religieux.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë - dont l'avis n'est que consultatif sur le dossier - avait, en effet, exprimé en février sa "très nette opposition" au projet dessiné par l'équipe d'architectes menée par l'Espagnol Manuel Nunez Yanowsky.

 Il avait regretté une "architecture de pastiche" avec "une ostentation tout à fait inadaptée au site des berges de la Seine classé au patrimoine mondial de l'Unesco".

Les architectes ont imaginé une église orthodoxe classique surmontée de cinq bulbes dorés, dont le plus grand devait s'élever à 27 mètres (sans la croix). L'église devait être recouverte d'un immense voile en verre se transformant en façade photovoltaïque sur le bâtiment culturel à l'arrière de l'édifice religieux.

Un nouveau projet ?

Le projet construit sur une parcelle de 4.245 m2 avait été chiffré 34,5 millions d'euros, lors de l'annonce des résultats du concours en mars 2011. Il avait été choisi devant celui des cabinets français Wilmotte et russe Mosproekt, classé deuxième, et celui de Frédéric Borel, troisième.

Selon le quotidien Le Figaro, "Jean-Michel Wilmotte ainsi que plusieurs autres architectes ayant participé au concours vont s'atteler à un nouveau projet".

En tout cas, nous sommes sur la bonne voie pour trouver le bon projet", a insisté mardi Jean-Marc Ayrault en évoquant des "modifications architecturales pour une bonne insertion dans le site".

La Russie avait déposé fin janvier une demande de permis de construire auprès des services de la Préfecture de Paris, afin de réaliser une église et un centre culturel russe sur le site de l'ancien siège de Météo France.

Toute l'actu Société

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?