Poissons mal étiquetés : la France peut-elle être touchée ?

Une étude américaine vient de démontrer que les poissons semblent très fréquemment vendus sous un nom erroné aux Etats-Unis. En France, la direction de répression des fraudes assure que ce type de tromperie est rare. Reportage auprès de poissonniers et restaurateurs.

Julie Guillot | Yann le Moignic
Le 24/02/2013 à 18:34
Mis à jour le 24/02/2013 à 18:42

Le scandale alimentaire qui vient d'éclater aux Etats-Unis pourrait-il également frapper la France ? Une étude récemment publiée outre-Atlantique a en effet révélé qu'un poisson sur trois vendu dans les magasins d'alimentation ou servi dans les restaurants est mal étiqueté.

Pour Lionel Ferréa, poissonnier à Paris, il n'est pas question de laisser douter ses clients sur la nature de sa marchandise. "Je laisse la peau sur les poissons, pour que l'on voit bien qu'il s'agit d'un Saint-Pierre, d'un saumon", explique-t-il, avant de poursuivre : "On a des contrôles pendant lesquels on doit montrer la facture des produits".

Même souci de transparence du côté de ce restaurant, où il a été décidé de ne commander que des poissons entiers. Le chef y contrôle toute la marchandise et s'occupe lui-même de la découpe.

Les forces de contrôle diminuées

Après le scandale de la viande de cheval, les services de l'Etat ont annoncé le renfort immédiat des contrôles sur la viande comme sur le poisson.

Mais pour l'association de consommateurs UFC Que Choisir, la nature ou l'origine des produits ne sont aujourd'hui nullement garantis.
"Il ne suffit pas de dire 'on va contrôler', alors que les moyens sont en baisse", explique Alain Bazot, président de l'UFC Que Choisir. "Les effectifs diminuent, s'agissant de la répression des fraudes, s'agissant des services vétérinaires. Donc la capacité des pouvoirs publics à contrôler est en réalité extrêmement diminuée".

Etre trompé sur la nature du poisson peut parfois avoir des conséquences graves sur la santé. Certaines espèces comme le bar sont par exemple déconseillées aux femmes enceintes et aux enfants, en raison de leur teneur élevée en mercure.

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?