En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les sans-papier demandent à être régularisés, ce que leurs employeurs réclament aussi.
 

Des centaines de sans papiers sont en grève depuis hier en Ile-de-France pour réclamer leur régularisation. Les patrons se mobilisent également, mettant en avant leur poids dans l’économie française.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • JF de Marseille
    JF de Marseille     

    les sans papiers sont en infraction vis à vis de la loi française; alors ils sont condamnables et les gens qui les emplient aussi. Quand on va arrêter de tourner autour du pot et faire respecter les lois de la république.

  • Sinistra
    Sinistra     

    J'ose espérer que le film Welcome permettra une prise de conscience de la réalité de cette politique d'immigration où l'on peut déjà constater une politique "de marché de l'immigré" sous couvert de la notion d'identité nationale, sans oublier que cette politique ne concerne plus seulement les clandestins les sans papiers les étrangers mais maintenant les français. Il suffit de lire le rapport de la Cimade "trop de pire et peu de meilleur" la souffrance infligée aux couples mixtes dont le conjoint français va jusqu'à être séquestré par la police pour dire où se trouve son conjoint étranger ça c'est la réalité dont personne ne parle où seules les associations crient dans l'océan du silence !

  • Grandgousier
    Grandgousier     

    Il ne faut pas généraliser, bien sûr, et les patrons sont majoritairement des gens sérieux qui évitent de se comporter comme je l'indiquais dans ma première remarque (écrite à toute vitesse). Je pensais à certains patrons (ceux qui souvent se trouvent mêlés à ces affaires). J'en ai connus, même s'ils n'ont pas été inquiétés à cette époque. Mais depuis, les temps ont changé.
    J'ai aidé des étrangers à trouver un bon job en France. Ils sont devenus Français, et leurs enfants aussi, du même coup. Et je m'inquiète pour eux, car il ne faudrait pas que le "seuil de tolérance" comme le disait un homme politique, devienne "seuil d'intolérance". Dans ce cas, l'insertion ne pourra plus se faire. Avis aux enfants de choeur !...

  • Grandgousier
    Grandgousier     

    Les patrons emploient de préférence des Sans-papiers (s'ils se semblent libres de le faire). S'ils sont contrôlés, ils réclament naturellement leur régularisation... Aussitôt, les nouveaux régularisés réclament leurs droits (dont ils avaient été privés) : C'est normal. Et ces patrons n'ont alors qu'un objectif : engager à nouveau des Sans-papiers (qui travaillent la plupart du temps 60 heures par semaine sans supplément, et qui acceptent toutes les tâches, même les plus dangereuses ou les moins nobles. Ces Sans-papiers, courageux pour la plupart (on imagine le difficile et coûteux voyage (backchichs) pour arriver chez nous et se faire fabriquer de faux-papiers), se forment, deviennent des ouvriers compétents, indispensables. Ils réclament alors leur régularisation... Et les patrons réactivent la noria (on n'a plus besoin des Bordelais et des Nantais). Ce sont les Sans-papiers eux-mêmes qui financent leur capture et leur transport. Les patrons n'ont plus qu'à aller sur le marché national, avec souvent l'indulgence, voire l'accompagnement, (ou l'aveuglement) de l'administration et des associations qui pratiquent le "gnagnanisme" (de vieux enfants de choeur qui perpétuent le réflexe de charité des anciens féodaux). L'esclavage n'est pas mort, il est devenu "moderne"...

  • FJR 1300
    FJR 1300     

    Pourquoi faudrait-il régulariser les sans-papiers qui travaillent?Au nom de quelle étique?
    De tous temps il y a eu des flux migratoires.Entre 1889 et 1986,grâce à une législation favorable et unique en Europe plus de 3 millions d'étrangers sont devenus français et 1,8 millions pour la seule période entre 1945 et 1986 et plus de 4 millons sont entrés en France.
    Grâce à la politique de rattachement familial les étrangers vivent en France avec femmes et enfants,fin 1963 nous atteignons 48 millons d'habitants.Ajourd'hui nous sommes plus de 62 millions de français plus un nombre inconnu de sans papier,
    et en pleine récession économique et financière.
    Pour ma part je pense qu'il faut faire comme par le passé, c'est à dire accorder des permis de travail à ceux qui viennent travailler en France mais pas la nationalité qui doit être prouvée par des actes forts avant de pouvoir y accéder:
    -savoir parler et écrire la langue française
    -habiter au moins dix ans sans casier judiciaire
    bref montrer que l'on est intégré à la France pour la mériter.

  • sylvestregrominet
    sylvestregrominet     

    L'économie patronal passe par
    les sans papiers ce qui est la seul économie.Le soleil brille pour tout le monde,mais
    nous ne pouvons pas recevoir toute la misére du monde.Que chaque pays assume sa misére.
    Nous avons des Francais qui sont dans la misére des petits
    retraités et nous leurs laissons cette misére.Alors a
    chacun ses problèmes et aux divers gouvernement de les prendrent en charges.En France
    nous n'avons pas que des riches et ceux qui le sont ils
    pensent a eux a la bourse, le
    miséreux n'est pas leurs problèmes.Donc chacun chez soit.Bien cordialement

Votre réponse
Postez un commentaire