En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Alors que la journée de solidarité "à la carte" fait débat, les professionnels de la santé s’inquiètent : comment financer à long terme la prise en charge de la dépendance ?

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Lyocal
    Lyocal     

    Un effort ...
    Que vont faire les privilégiés ...
    Quand les anciens élus parisiens
    se rebiffent pour défendre leurs privilèges
    Qui avait soulevé le lièvre des pensions défiscalisées des anciens élus parisiens ??. Supprimées dans un premier temps, les sénateurs parisiens ont tenté, sans vergogne, de les rétablir... En vain !
    Après le tollé médiatique provoqué par les révélations d’une association de retraités sur les passe-droits des élus parisiens, à savoir que leurs pensions étaient entièrement défiscalisées (ni impôts ni prélèvements pour les droits acquis avant 1992), le Conseil de Paris avait voté, sous la pression, un « vœu » pour mettre fin à cet abus qui plaçait les anciens élus hors la loi. Profitant du vote de la loi de finances, des sénateurs parisiens, allant de l'UMP au Parti Communiste, se sont rebiffés devant cette menace et ont fait voter un amendement rétablissant leurs passe-droits ! C'est à peine croyable : tandis que l'on demande de nouveaux efforts aux Français et que nos pensions sont régulièrement rabotées par le hachoir fiscal et social, des élus sans vergogne dépensent toute leur énergie pour conserver coûte que coûte leurs privilèges ! Ils n'ont finalement pas obtenu gain de cause .Un député a mené, à l'Assemblée nationale, une action salutaire pour la suppression pure et simple du passe droit. Un arbitrage subtil a eu lieu entre les deux chambres du Parlement, qui a conduit à la fiscalisation définitive des retraites des élus parisiens : les pensions seront soumises au régime des « rentes viagères à titre onéreux ». Seul bémol : ce régime fiscal reste tout de même meilleur que celui de monsieur Tout-le monde. Il s'agit d'une belle victoire. Toutefois, l’association entend bien poursuivre sa pression pour obtenir un alignement complet du régime fiscal des élus parisiens à la retraite sur le droit commun

Votre réponse
Postez un commentaire