En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Valérie Maldonado, chef de l'office central de lutte contre la cybercriminalité, sur la plateforme Internet du ministère de l'Intérieur le 4 février 2014.
 

La vidéo d'un jeune handicapé violenté par un groupe de jeunes près de Grenoble soulève des questions autour du travail des enquêteurs. Comment sont traitées les affaires qui sont signalées par des images postées sur Internet?

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • reportersprod
    reportersprod     

    je suis daccord pour certaine chose mais alors pour rien ya na qui vont abusé on ce croiré pendant la guerre tout denoncer mais attention il faut aussi voire le contexte de la video plein de logiciel sont facile dutilisation a ce jour et a ce qui me semble la delation quaund elle nest pas fondé il ya diffamation vous tromper pas messieur les policiers

  • Thierry Moraty
    Thierry Moraty     

    En gros on nous "explique" que des vidéos tournées on ne sait comment sont maintenant des "preuves" !!!!! Souvenez vous de l "accident de bus" de Lyon !

  • PtiTom17
    PtiTom17     

    A une poque où juifs, tsiganes, homosexuels ou simples réfractaires au STO étaient "inappropriés" d'autres "bons" français n'hésitaient pas, non plus à les dénoncer anonymement à la Kommandantur.... Pas très joli tout ça!

Votre réponse
Postez un commentaire