En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Lors de leur opération du 13 mars dernier, les policiers de la BRI ont pu compter sur l'appui d'un drone.
 

L'utilisation de drones par les forces de l'ordre répond aujourd'hui à un cadre légal flou. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • spid
    spid     

    donc les flics survolait l Élysée depuis longtemps sans prévenir les bisounours qui y résident,pas bien tout ça,et dire qu ont as bassiner pendant des jours avec ça,faut qu il se méfie moi je président ,sarko et capable de tout et as garder des contacts partout. mdr,un peu d humour pour changer de ses bonnes nouvelles diffusées par bfm

  • iamagic
    iamagic     

    Cadre flou pour l'utilisation des particuliers et ça c'est impérativement à revoir! Mais que la police, les forces armées s'en servent c'est à mon avis bien logique!

  • DADOURUN
    DADOURUN     

    Quand les voyous utiliseront des drones pour commettre leurs délits ( ça viendra vite, vous l' imaginez ... ) : on peut savoir à quel olibrius ça posera "problèmes" ???

  • deuxc
    deuxc     

    L'article fait allusion aux drones "miniatures", qui n'ont absolument rien à voir avec ceux qui survolent Paris, les centrales nucléaires, et dans une plus large mesure tous les sites sensibles!
    Que les forces d'interventions mettent ces petits appareils à profit est une excellente chose, ils constituent une aide précieuse à la sécurité, tant des victimes ou futures victimes que des forces de l'ordre.
    Mais qu'on ne nous dise pas que les drones qui rôdent en nombre au-dessus des sites interdits au survol sont le fait des forces de l'ordre! Ce sont des objets non maîtrisés et surtout très inquiétants, d'autant plus qu'ils opèrent en toute tranquillité...

    iamagic
    iamagic      (réponse à deuxc)

    Mais bien sûr! Et je remarque une chose: ils étaient interdits lors du défilé du 14 Juillet.... Tiens, tiens la clique Hollande ,Valls et Taubira aurait-ils eu peur pour leur peau???

    DADOURUN
    DADOURUN      (réponse à deuxc)

    en effet, un drone "peut" déposer une grenade sur votre assiette à dessert, en passant par une fenêtre ouverte, fhamti??

    deuxc
    deuxc      (réponse à DADOURUN)

    DADOURUN, relisez je vous prie mon commentaire; il semblerait que vous ayez compris l'inverse, auquel cas j'ai du mal m'exprimer.

  • Glochide
    Glochide     

    Ben alors elle a dû voir les policiers se faire tabasser par des vendeurs à la sauvette qu'ils voulaient contrôler .... Il est bien ce pays où les voyous tabassent les flics , il est bien ......

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    Et si dans certains cas, filatures, reconnaissance du terrain, poursuites etc... ça peut éviter de déplacer un hélico, ça sera plus rapide et moins onéreux.
    Après s'en serviront-ils pour espionner aux fenêtres et pirater les ondes wifi de personnes plus ou moins importantes, les journalistes et paparazzi le font déjà j'imagine.

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    On va bientôt se plaindre que seuls les hélicos des forces de l'ordre et des secours ont le droit de survoler Paris avec ces logiques de voir du liberticide même dans l'exercice indéniable de la sécurité à personnes en danger.

  • antoinev
    antoinev     

    La police utilise les drones dans des missions spécifiques, pour libérer deux jeunes filles en vie et pour tenter d'arrêter un cambrioleur.

    Je ne vois pas où est le risque d'atteinte à la liberté.
    Cette utilisation correspond au critère de mission de sécurité et d'ordre public.

Votre réponse
Postez un commentaire