En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le gendarme aurait mal vécu sa non-inscription au tableau d'avancement".
 

L'homme "aurait mal vécu sa non-inscription au tableau d'avancement", qui lui aurait permis de gravir un échelon hiérarchique. Armé, il s'est alors enfermé dans les locaux de la gendarmerie.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • asturiano
    asturiano     

    En réponse à HEY BALL Je pense l'avoir expliqué dans mon exposé, tout d'abord les gendarmes ne sont pas des fonctionnaires mais des militaires et les règles de l'avancement sont différentes. Il est bon de savoir également que les candidats ont plusieurs entretiens avec leurs supérieurs, notamment lors des inspections annoncées au niveau de la compagnie et du groupement et en sortant de ces entretiens et notamment du dernier le militaires sait à peu prés combien de chances il a d'être retenu à l'avancement, aussi si ce militaire est allé réclamer auprès de son supérieur c'est qu'il pensait légétimement accéder au grade supérieur; Maintenant je conviens qu'il y a des méthodes plus orthodoxes de faire valoir ses droits comme le recours en conseil d'état, mais sans grande conviction, car l'autorité qui arrête le tableau, un général est souverain en la matière.

  • mirabelle
    mirabelle     

    hélas ces un systéme féodale la fonction publique vous pouvez étre le meilleurs des meilleurs si un chefs a ses potes et sont les rois des fénéants et vous il vous a dans le nez ce sera ses potes qui auront la promo voila le hic de ce système

  • mirabelle
    mirabelle     

    je vous conseil de discuté avec des personnes qui sont dans la fonction publique pour vous rendre comptes de la dérive des promo des notations et des primes aus mérites qui souvent de fois sont donné aux planqué assis derrière un bureau et non aux hommes et femmes sur le terrains

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Qu'est ce qui vous permet de présumer que lui bosse dur et est méritant ???

  • geko
    geko     

    Ce qu'il y a de malheureux chez les fonctionnaires c'est qu'ils ont de l'avancement non sur le mérite mais, sur l'ancienneté, et au bon vouloir du supérieur. C'est souvent ce qui démotive les fonctionnaires. Étant bien placé j'en connait qui sont bourré du matin au soir et ont un grade élevé, j'en connait un qui n’est jamais en poste mais syndicaliste a mort et toujours en réunion.. Ave l'accord de sa hiérarchie puisque syndicaliste! Et d'autres qui font leurs travail très consciencieusement et se font écrêter régulièrement car trop de travail et impossibilité de récupérer les heurs par manque de personnel! Alors je comprend que parfois ont (pète) les plombs mais, pour un Gendarme c'est quand même inquiétant!

  • mirabelle
    mirabelle     

    voilà le problème de la fonction publique ils ne reconnaisent pas les hommes ou femmes qui travaillent dur et donnent tout pour leurs travaille et les échelons grades ou promotion avancement et donné héla aux fénéant lèches bottes et non aux méritant d'ou ce sentiment de n'étre pas reconnus pour son travail et ça valeure

  • asturiano
    asturiano     

    Avant de parler il faudrait savoir ce qu'est le tableau d'avancement dans la Gendarmerie, il est promulgué une fois par an par région et sort normalement le 1° décembre. Cette année la direction a cru bon 'éditer un tableau supplémentaire qui est sorti le 23 novembre, celui de décembre est reporté à février ou dans ces eaux là. Maintenant en ce qui concerne le cas de ce gtendarme, le personnel sait plus moins si il risque d'être "accroché au tableau ou non", et sans connaître ce cas je pense que ce sous officier avait de bonnes raisons de penser qu'il serait inscrit mais.... le Commandant de région a du en décider autrement. d'ou sa demande d'explication à son supérieur directement hièrarchique et selon la réponse donnée cela a du déclencher un "mal être" chez ce militaire qui comme la plus part de ses collègues subi une pression permanente de la part de la hièrarchie.
    Voila c'est une exlication comme une autre toute fois je me réjouis de l'issue heureuse de ce bras de fer.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    De nos jours on obtient tout avec la violence, après tout, il a raison.

Votre réponse
Postez un commentaire