En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Gérard Mestrallet, le PDG d'Engie, dont la filiale Endel vient d'être condamnée.
 

Jugée pour la mort d’un de ses salariés mort d’un cancer du poumon en 2012, une filiale d’Engie a été condamnée. D’après le tribunal compétent, la filiale spécialisée dans le nucléaire est "inexcusable".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Régis Grovin
    Régis Grovin     

    Il y a eu mort d'homme et sa hiérarchie "avait conscience du risque auquel était exposé son salarié mais n'a pas pris les mesures appropriées pour l'en préserver". Pourrait on connaitre la nature et le montant des sanctions? Et en cas d'amende (plutôt que de prison), EDF étant un "établissement public à caractère industriel et commercial" et la société mère d'Engie, qui va payer?

Votre réponse
Postez un commentaire