En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Depuis deux jours, on ne parle que d'eux: les "naufragés de la route".
 

Depuis deux jours, on ne parle que d'eux: les "naufragés" de la route. D’où vient cette nouvelle expression en vogue dans les médias? Le point avec deux linguistes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • espagne68
    espagne68     

    depuis la semaine dernière météo france a annoncé cet épisode neigeux très intense !30 à 40 cm de neige sur les routes, mais nos bons français indisciplinés ont quand même pris leur voiture, mis leurs enfants dedans et sont partis affronter la neige !!! ensuite ils pleurent, ils gémissent, ils accusent tout le monde sans jamais se remettre en question......ce n'est pas quand on a fait dans son froc qu'il faut serrer les fesses!! que des assistés!!! mon grand-père doit être en train de se retourner dans sa tombe le pauvre homme, lui qui allait travailler en vélo (20 kms) qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige !! et quand il neigeait et bien il se levait 2 heures plus tôt pour partir à pieds et cela autant de fois que nécessaire pour ne surtout pas être en retard ou absent à son travail! oh! lala!! quel honte la FRANCE d'aujourd'hui, des aides par ci et des aides par là, il faut supprimer tout ça et réapprendre aux gens l'AUTONOMIE !! et l'endettement du pays sera résolu.

  • mememoi13
    mememoi13     

    Il ne reste plus qu'a déposer une plainte contre madame la neige et monsieur le verglas,sans oublier les méchants complices que sont les ignobles congères.....C'est du n'importe quoi ce besoin de gémir et pleurer(de nos jours)envers des intempéries qui se sont toujours manifestées en tout lieu et à toute heure sur n'importe quel endroit de notre planète.Peut-être qu'un peu plus de précautions avant de s'engager l'hiver sur une autoroute,en se munissant de provisions,couvertures,suffisamment de carburant pour garder un peu chaleur(avec modération),en prévision d'une éventuelle nuit "naufragé" dans sa voiture,serait alors faire preuve de sagesse.

  • timinet
    timinet     

    A t-on vraiment besoin de l'avis d'un "directeur honoraire du CNRS" sur cette expression? Et c'est quoi un "directeur honoraire"? Il est payé à ne rien faire? Il bénéficie d'un emploi fictif? Voilà une recherche intéressante...

  • 1223
    1223     

    Les journalistes sont toujours entrain de dramatiser les situations dans n'importe quel cas de figure d'ailleurs, franchement pensez à tous ces gens qui n'ont rien à manger, ne peuvent se chauffer à longueur d'années et faim, alors parce qu'il neige (et nous ne sommes pas encore au printemps), on en fait tout un cirque. On vit trop bien et dès qu'il y a un couac, et bien on en fait tout un plat.

  • mememoi13
    mememoi13     

    Et pour les "naufragés" du ciel,où seront-ils abandonnés,peut-être sur un nuage?

  • 1223
    1223     

    Les gens sont toujours entrain de se plaindre. Moi aussi j'ai été ennuyée par les imtépéries. Et alors ? Parler de naufragés, d'otages, alors comment serait-ce s'il y avait une guerre mon Dieu. Ce sont les impératifs de la vie alors pensons un peu positivement mince alors.

  • valgego
    valgego     

    "Le naufragé est victime du sort ,contrairement à l'otage dont la détention met en cause et accuse quelqu'un directement " nous dit Claude Gruaz......... ,faux .......c'est même exactement le contraire , le naufragé est toujours victime de l'incompétence du capitaine et de la solidité de l'embarcation . L'otage lui est victime du sort , pourquoi lui , pas les autres ????? Le terme de naufragé particulièrement évoqué depuis 1 an reflète bien l'opinion générale .Ce n'est pas un hasard si l'on est l'otage des grèves et le naufragé de la route ,le preneur d'otage est lui même victime ,ce qui atténue (sans l'excuser ) sa responsabilité et le contraint à des extrémités ? Le naufragé est victime des errements du capitaine et des insuffisances de l'équipage . Les louvoiements,les tergiversations,les reniements,les promesses incertaines ,le chant des sirènes ,la mise en faillite des armateurs, donnent aux passagers de la croisière le sentiment que le capitaine cherche vainement l'étoile polaire ,que l'équipage se mutine,que les sponsors ont désertés ,.........il n'y a pas que sur la route,que le sentiment de dérive du bateau ivre , laisse la sensation amère de l'abandon,c'est partout , la neige est simplement l'occasion de l'exprimer ,.........le navire ayant une fois de plus gité par bâbord , pour aller échouer à l'ile aux mouettes. ,elles ont un bel avenir, mais hélas ne sont pas très douées pour le chant ,beaucoup de couacs et de faussetés....

  • sanguin
    sanguin     

    Nous appelons cela de la pédagogie! Vous écrivez une page d'explication avec un superbe tableau et le résultat ; DU VENT, votre récit n'est que du vent comme savent le faire mieux que vous encore, NOS POLITIQUES!!!!paroles, paroles et paroles

Votre réponse
Postez un commentaire