En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Mère tuée à Orthez: l'anesthésiste avoue avoir bu avant l'accouchement

Un anesthésiste prépare une intervention chirurgicale à Angers, octobre 2013.
 

La médecin belge, qui avait reconnu au début de l'enquête avoir un "problème pathologique d'alcool", est accusée d'avoir entraîné la mort d'une jeune mère.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • trueblabla
    trueblabla     

    "Je n'étais pas ivre pour autant" ... Quand on dit ça, c'est qu'on est déjà atteint d'un alcoolisme sévère. Impossible pour l'entourage de ne pas le voir, ou mieux ... de ne pas le sentir !

  • Zero de conduite
    Zero de conduite     

    Quand il y a un alcoolique dans une équipe ça ne passe pas inaperçu, surtout dans un milieux médical. Son chef et ses collègues devaient forcément le savoir mais ont laissé faire. Ceux-là portent certainement une part de responsabilité

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Zero de conduite)

    10% des adultes en France souffrent d'alcoolisme.
    1 personne sur 10.
    C'est énorme.
    Vous croyez sincèrement que vous les reconnaissez tous ?

    Zero de conduite
    Zero de conduite      (réponse à HeyBaal)

    Oui. Un "vrai" alcoolique dégage une odeur qui ne trompe personne et impossible à dissimuler.

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à Zero de conduite)

    Tout à fait. Le problème, c'est qu'elle n'est pas la seule. Face à l'alcool, les gens parlent tout bas et attendent le drame pour la ramener ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Le quart de 50cl.
    Je sais pas si c'est le fun de donner une info aussi opaque ou la flemme de sortir une calculette pour les fâchés en maths.
    Allez je suis sympa : ça fait un poil plus que 12cl.
    Une verre d'alcool fort, tel que servi dans les débits de boisson, c'est environs 3cl.
    Donc elle en était en réalité à l'équivalent de 4 verres.
    1 verre ça va, 2 verres bonjour les dégâts.
    Tout le monde connait.
    D'ailleurs c'est la recommandation de l'OMS : pas plus de 2 verres par jour.
    Pour le quidam, hein, pas pour une profession réglementée.
    Alors 4 verres ??
    Et couper avec de l'eau n'y change rien.

    Ceci dit y a d'autres choses à voir.

    Premièrement la résistance à l'alcool.
    Les alcooliques ont une meilleure résistance à l'alcool.
    C'est pas qu'ils sont pas saoul, c'est juste que leur corps s'habitue et que les effets sont moins prononcés.

    Par ailleurs il faudrait vérifier si la consommation correspond à ce à quoi elle a été contrôlé (j'en doute). Ce qui correspond au fait qu'elle s'est bien murgée APRES.

    Et puis elle parle d'une consommation le matin.
    L'intervention a eu lieu à 22h.
    Plus que le temps nécessaire pour éliminer l'alcool.

    Donc le fait qu'elle ait picolé le matin, c'est pas bien.
    Le fait qu'elle ait foiré son intervention c'est dramatique.
    Mais est-ce bien si simple que ce qu'on voudrait nous faire croire ?

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à HeyBaal)

    Rien que le fait de mixer eau et vodka dans une bouteille ( discrétion ) et de boire le matin et seule sont tous les symptômes d'un alcoolisme déjà bien avancé. L'histoire de la résistance est un mythe car si l'alcoolique ne se sent pas soul, il boira plus et augmentera sa consommation automatiquement. . Cette personne est dans le dénie comme la plupart des alcooliques et c'est un des points qui en fait un sujet très délicat. C'est une terrible addiction.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à trueblabla)

    Boire de l'alcool coupé seul signifie tout autant être célibataire et petite nature.
    Vous prenez des éléments et vous leur donnez la signification que vous avez choisi de leur donner.

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à HeyBaal)

    Vous avez raison. Concernant le sujet de l'alcool, il n'y a pas de demie mesure à mon sens. Et je pense que si tout le monde faisait comme moi, il y aurait moins de drame lié à ça. Et n'allez pas m'accuser de m'en prendre à cette personne. Je ne fait que m'en prendre à l'alcool. Et je connais très bien le sujet. Après, je lui souhaite en effet qu'elle ai juste envie de boire un coup ce matin là ... sans plus. Mais mon avis ne coute rien et encore une fois, je vous dis que je connais très bien le sujet.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à trueblabla)

    Il y a autant de forme d'alcoolisme que l'alcoolique.
    Le type qui se murge le samedi soir n'est ni pire ni meilleur que celui qui est incapable de se passer d'alcool le soir ou à table.
    Et bien j'imagine que ceux qui bossent à 22h, quand ils picolent, c'est le matin.
    Mais on lui reproche pas "de picoler", on lui reproche de l'avoir fait juste avant une intervention.
    Alors qu'il faut que quelqu'un endosse la responsabilité d'un couac médical (comme il peut en arriver, alcool ou pas).
    Alors permettez moi de trouver curieux qu'on sorte la carte joker de l'alcoolisme pour vite refermer le dossier, alors que les quantité et les délais ne collent pas.

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à HeyBaal)

    Je pense qu'il y a méprise. Je ne parle pas de refermer le dossier. j'ai juste toujours dis que si cette femme est alcoolique, l'entourage le savait. D'une manière ou d'une autre. Laisser une personne se détruire est déjà mal, mais la laisser exercer une profession qui demande le maximum de concentration et de clarté, là ça tient carrément du délit à mon sens. Donc nous verrons bien ce que dira la suite ... alcoolique ou pas ? ... Pour moi, dans ce dossier, c'est une des questions prioritaires.

  • Olivedu68
    Olivedu68     

    c'est flippant d'avoir à faire à des médecins bourrés... ça parait peut être facile de trouver le coupable, en attendant, si elle doit porter complètement le chapeau, ça ne me choque pas, elle le mérite, comme les automobilistes bourrés au volant qui se font allumer par les gendarmes.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Olivedu68)

    Admettre avoir bu dans la journée ne signifie pas "être bourré" 12h plus tard.

    trueblabla
    trueblabla      (réponse à HeyBaal)

    J'ai vécu avec un alcoolique et il n'était jamais été capable de dire combien il avait consommé ... Du déni là encore ^^ . Boire de la vodka le matin ... et ne rien boire le reste de la journée .. euh franchement, je n'y crois pas du tout. Elle veut juste pas se faire cramer c'est tout.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à trueblabla)

    En quoi votre expérience personnelle permet de cataloguer les gens ?
    Mieux, vous permet de présumer la responsabilité des gens ?

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    La réanimation ne fait pas partie du protocole normal d'un accouchement.
    J'dis ça j'dis rien.
    Par ailleurs je crois pas que l’anesthésiste soit en charge des actes médicaux tels que la réanimation, y a des médecins plus aptes pour faire ce genre de chose et qui sont censés être présents dans les services.
    Si c'est ça l'erreur c'est bel et bien que la nana a fait un malaise à l'anesthésie et qu'il y a, semble-t-il des dysfonctionnement qui vont au delà d'un médecin qui picole (ce qui est déjà grave en soit).
    Et ça m'étonne pas que la coupable soit toute trouvée avant même de savoir ce qui s'est passé.

  • Lana Che
    Lana Che     

    Existe-t-il une loi qui interdit aux professions médicales de consommer de l'alcool un certain nombre d'heures avant la prise de service? cela est le cas pour d'autres professions. Il serait surprenant que cela n'existe pas pour cette catégorie de personnel.

  • marina
    marina     

    C'est tout simplement inadmissible !!!

Votre réponse
Postez un commentaire