En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • radeon78
    radeon78     

    Abdelkader Amrani

    Tout est dis.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Merci pour cette INFORMATION.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Il y a une différence entre "ne pas être parfait" et être "une brebis galeuse".

  • Acre
    Acre     

    "Abdelkader Amrani, cet employé à la Ville de Marseille de 41 ans, affecté à la protection civile urbaine, et réserviste de la gendarmerie, est-il un redoutable tueur en série ? Écroué à la maison d'arrêt des Baumettes depuis le mois d'octobre dernier pour "viol précédé ou accompagné d'actes de torture et de barbarie" et "assassinat", il a de nouveau été mis en examen, hier, dans le cadre d'une autre affaire d'homicide, aussi sordide que la première.

    Sept ans après la découverte du cadavre d'Henriette, 68 ans, dans son petit appartement de la cité des Rosiers, à Bon Secours (14e), les enquêteurs de la brigade criminelle de la PJ pensent avoir élucidé cette mort jusqu'ici inexpliquée.

    Le 23 avril 2006, la victime avait été retrouvée par les pompiers, allongée sur le sol, dans le hall de son appartement (voir nos éditions des 24, 25 et 26 avril 2006). Un bas en nylon, retenu par un vieux chiffon, avait été enfoncé dans sa bouche et une pince à linge avait été fixée sur son nez. La décomposition avancée du corps n'avait pas permis d'établir les causes formelles de la mort, datée à au moins deux mois avant sa découverte. L'asphyxie était, néanmoins, la plus plausible.

    Rien dans l'appartement de la victime n'avait été dérobé et la porte d'entrée, fermée, ne présentait pas de trace d'effraction.

    Le seul élément matériel dont disposaient les enquêteurs de la Crim était alors un ADN masculin, retrouvé sous les ongles de la victime. Signes probants d'une lutte acharnée avec son agresseur. Mais jusqu'ici, cet ADN était resté muet. Jusqu'à ce qu'Adbelkader Amrani soit interpellé pour l'assassinat d'une autre femme, Marina, 52 ans, violée et étouffée à son domicile, à la Rose, le 27 juin dernier.

    C'est la fille de la victime qui avait découvert la macabre scène de crime, deux jours après. Étendue sur son lit, en sous-vêtements, la victime avait été asphyxiée avec un sac plastique, fermé par le cordon électrique d'un sèche-cheveux. Alors que l'enquête s'orientait sur la piste d'un pervers sexuel, adepte des jeux érotiques, le médecin légiste avait livré aux policiers de la Crim un autre élément : la mâchoire de la victime avait été luxée par un probable coup-de-poing ou un objet contondant.

    La thèse du jeu sexuel qui tourne mal ne tenait donc plus. Alors qu'un ADN masculin, non fiché, était isolé sur le robinet de la salle de bains, les hanches de la victime et le fil électrique, les enquêteurs, intrigués par la disparition de l'ordinateur et du téléphone de la victime, commençaient à creuser la thèse d'une mauvaise rencontre sur internet. Seule, Marina s'était mise à surfer sur Badoo. En explorant les tchats de la victime, ils s'aperçoivent alors qu'elle était en relation avec un certain "Raptor" ou "Cruchot". Les relevés téléphoniques vont mener tout droit les enquêteurs jusqu'à l'employé municipal, qui disposait d'un logement de fonction à Marseille et d'une résidence principale dans le Var.

    Placé en garde à vue, le suspect niait farouchement avoir tué Marina, mais finissait par admettre l'avoir rencontrée à deux reprises. Il ne donnait, en revanche, aucune explication quant à la présence de son ADN sur le cordon ayant servi à fermer le sac en plastique enfoncé sur la tête de la victime.

    Même attitude, mardi matin, lorsqu'il a été extrait de sa cellule de la maison d'arrêt des Baumettes pour être, de nouveau, placé en garde à vue dans le cadre du crime d'Henriette. Même confronté à un élément accablant, la présence de son ADN sous les ongles de la victime, le suspect a refusé de s'expliquer invoquant son "droit à garder le silence". Hier, en fin d'après-midi, le magistrat instructeur lui signifiait toutefois sa nouvelle mise en examen pour "homicide volontaire".

    De leurs côtés, les enquêteurs de la Crim devraient élargir les recherches à l'ensemble du territoire national afin de vérifier si d'autres crimes, au mode opératoire identique, n'auraient pas été commis."

    Laetitia Sariroglou - La Provence - PUBLIÉ LE SAMEDI 30 MARS 2013 À 09H51

  • papa72
    papa72     

    encor une histoire de cul sans importance

  • Lepen2017
    Lepen2017     

    Un sentiment de Abdelkader Amrani ...

  • Gallus
    Gallus     

    Par contre on tait les noms orientaux avec des Astérix ou des "nous l’appellerons Paul"...Il ne faut stigmatiser quand cela ne plait pas!

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Petite précision, pendant le "service"' on appelle ça un gendarme auxiliaire et celui-ci n'a probablement , vu son age, jamais eu l'occasion de servir comme militaire d'active; les pseudos journaleux sont de plus en plus nuls et de moins en moins honnêtes intellectuellement ; mais ça on le savait déjà ! ! ! ! !

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Bonjour, entièrement d'accord avec votre analyse, les journaleux font en général leur "miel" en captant un trait particulier qui leur permet de faire un "buzz" et qui permet à un certain nombre de "connards" tout aussi nuls d'avoir un os à ronger.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Dixit une analyste en sociologie qui a effectué toute une étude sur la gendarmerie ...

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire