Mariage homo : "Mon coming out donne plus de crédibilité à mes arguments"

Alors que le débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous s'intensifie, des personnes homosexuelles sortent du placard. Une révélation qui tombe à un moment particulier où le mariage pour tous s'invite dans les foyers. Témoignages.

Marc Pédeau
Le 26/01/2013 à 7:21
Le coming est une étape importante, il permet de s'assumer librement, comme lor d'un kiss-in de rue, ici à Toulouse en 2012. (Guillaume Paumier – Flickr – CC)

Mariage homo : l'offensive de la droite 25/01


Mariage homo : les associations régionales se préparent pour la manif 25/01


Annoncer son homosexualité est rarement facile. Le débat autour du projet de loi sur le mariage pour tous a installé ses derniers mois l'homosexualité comme sujet d'actualité et de conversation. C'est dans ce contexte que certains homosexuels font leur coming out. BFMTV.com a reccueilli leur témoignage.

>> A LIRE AUSSI - Mariage homo : "Le discours homophobe fait mal"

"Ma mère, c'est un peu Christine Boutin !"

Mickaël a 40 ans. Ce parisien a officialisé on homosexualité auprès de ses parents le 16 janvier dernier. "Ce débat permet à tous les opposants au projet de loi de s'exprimer et l'ignorance et les préjugés entendus à longueur de journée m'ont décidé", raconte-t-il. Pour cela, il leur a envoyé une longue lettre expliquant son parcours personnel et exposant les arguments pro-mariage pour tous lus dans la presse.

"A travers cette lettre, je voulais donner à mes parents un autre visage de l'homosexualité que celui de Christine Boutin. Parce que ma mère, c'est un peu Christine Boutin !" ironise Mickaël avant d'ajouter : "Mon frère m'avait outé il y a deux ans mais on n'en avait jamais reparlé avec mes parents. Depuis le début de ce débat, je sens le besoin de crever l'abcès avec eux."

"Toute ma famille est allée manifester le 13 janvier

"Hier soir, j'ai fait mon coming out", raconte ce vendredi Jean-Baptiste, étudiant de 19 ans, en langues étrangères. "J'habite à Caen, chez ma mère qui vient d'une famille de la noblesse française, très hétéronormée, traditionnelle. Toute ma famille est allée manifester le 13 janvier contre le mariage pour tous…"

Pour amener le sujet, Mickaël, 19 ans, s'est appuyé sur le magazine Famille Chrétienne posé sur la table basse du salon : "Ma mère m'a sorti tous les arguments de Boutin et Barjot. Que c'est contre-nature, que ce n'est pas le même amour et donc que ça ne valait pas la même chose, que c'est différent. Ça fait mal de savoir que sa mère pense ça. Ça me fait mal pour elle en réalité."

L'annonce faite, pas de cri, pas de question, l'accueil a été silencieux. "Je voulais marquer mon désaccord avec sa façon de penser, lui dire que j'étais homo donnait plus de crédibilité aux arguments que je lui répète depuis le début du débat sur le mariage pour tous."

"J'aurais préféré faire mon coming out à un autre moment"

"Faire son coming out en parlant du mariage pour tous me parait être un très mauvais calcul", annonce d'emblée Cécile, parisienne de 28 ans. "Je sais que mes parents ont entendus beaucoup d'arguments contre le projet de loi, des propos homophobes, qu'ils pensent que 800.000 personnes ont manifesté le 13 janvier… J'aurais préféré faire mon coming out à un autre moment."

Pour autant, pour des raisons personnelles, "de façon totalement déconnectée du débat actuel", Cécile a décidé d'en parler samedi à ses parents.

"Autour de moi, ce que je remarque surtout, c'est que mes potes, avant, ne s'affichaient pas trop et que le fait que des gens soient contre eux, ça a développé leur côté militant", constate-elle avant de conclure: "Ce débat fait que l'on s'engage plus, que l'on va manifester, etc. C'est ça, la grande différence."

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?