Marc Machin jugé lundi pour "vol avec violence"

Acquitté en décembre pour un meurtre qu’il n’avait pas commis, Marc Machin doit être jugé en comparution immédiate ce lundi, il serait impliqué dans le vol d’un téléphone avec violence.

E. M. avec AFP
Le 03/02/2013 à 17:00
Marc Machin dans les couloirs de la cour d’assises de Paris, le 20 décembre 2012. (Capture BFMTV)

Marc Machin réagit après l’annonce de son acquittement


Marc Machin : "J'en veux au juge d'instruction"


Acquitté en décembre après sept ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis, Marc Machin repassera devant le juge ce lundi. Il doit être jugé en comparution immédiate pour "faits de vol avec violence" d'un téléphone ont indiqué des sources judiciaires.

Marc Machin, qui avait été placé en garde à vue vendredi matin, "est présenté cet après-midi au parquet de Paris pour faits de vol avec violence" en vue d'une procédure de comparution immédiate lundi.

Un magistrat doit décider, tard dans la soirée de dimanche, de le laisser libre ou de le placer en détention provisoire jusqu'à l'audience de lundi, a précisé cette source.

Interpellé vendredi dans le XVIIIe arrondissement de Paris

Marc Machin avait été interpellé vendredi vers 2h30 du matin au niveau de la rue Championnet dans le XVIIIe arrondissement de Paris, soupçonné d'être impliqué dans une affaire de vol de portable. Il avait été placé en garde à vue au commissariat du XVIIIe.

Une source proche de l'enquête avait alors indiqué que Marc Machin était soupçonné d'avoir été en possession d'un "téléphone volé de marque Samsung" dont il s'était débarrassé peu avant son interpellation.

Aujourd'hui âgé de 30 ans, Marc Machin avait été libéré en octobre 2008 après avoir passé près de sept ans en prison. Disculpé du meurtre en décembre 2001 de Marie-Agnès Bedot à Neuilly-sur-Seine par le véritable auteur du crime et par l'ADN, il a été acquitté définitivement le 20 décembre 2012 à l'issue de son procès en révision aux assises de Paris.

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?