Kurdes tuées : la communauté partagée entre colère et émotion

Après le meurtre de trois femmes kurdes au centre d'information de la communauté kurde à Paris, des centaines de personnes se sont retrouvées devant le centre pour manifester leur colère.

A.K. et D. N. avec AFP
Le 10/01/2013 à 13:09
Mis à jour le 10/01/2013 à 18:42

Paris : trois femmes kurdes abattues d'une balle dans la tête


Meurtre de femmes kurdes, Kendal Nezan parle d’assassinat politique


Ils sont en colère et le font savoir. Des centaines de personnes se sont rendues devant le centre d'information de la communauté kurde à Paris, où trois femmes ont été assassinées mercredi après-midi.

Massés devant l'institut, les manifestants ont crié des slogans comme "Nous sommes tous PKK !" ou encore "Turquie assassin, Hollande complice !", agitant des drapeaux à l'effigie du chef du PKK, Abdullah Öcalan.

D'après une journaliste de Métro, le cortège était composé d'environ 800 manifestants.

De l'émotion à la colère

Une vive émotion transparaissait chez les manifestants. "Quand j'ai appris ça, j'étais vraiment choqué, ma femme qui était à côté de moi s'est mise à pleurer", commente l'un d'eux. "C'étaient des amies, c'étaient des femmes kurdes qui se battaient pour la cause kurde. Si on n'est pas là aujourd'hui, on sera là quand ?", interroge un autre. "On est à Paris. Que ça se passe au Kurdistan, en Turquie ou ailleurs O. K. c'est vrai que c'est possible, mais en plein cœur de Paris comme ça, c'est la première fois. C'est inacceptable", commentent deux femmes.

D'autres encore accusent à mots à peine voilés ou bien directement l'Etat turc d'avoir fomenté cet assassinat. "Je pense qu'il y a un Etat derrière et c'est le gouvernement français qui doit trouver cet auteur des assassins", explique un manifestant. "L'Etat turc a fait ça", assure un autre, sûr de son fait.

"Nous nous vengerons"

Les cris et les slogans redoublent d'intensité quand les trois corps, drapés dans des housses bleues, sont évacués des locaux du centre d'information de Kurdistan, au premier étage d'un immeuble sans plaque, vers l'institut médico-légal de Paris à bord de fourgonnettes mortuaires de la ville de Paris.

Derrière une banderole sur laquelle était écrit, en kurde: "Nous nous vengerons", les manifestants sont partis en cortège vers le siège de la fédération des associations kurdes de France, dans la rue d'Enghien voisine, où ils se sont rassemblés et ont écouté des responsables de la communauté qui s'adressaient à eux dans des porte-voix, avant de se disperser dans le calme vers 13h.

Manifestation samedi à la Bastille

Dans un communiqué distribué sur place, la Fédération des associations kurdes en France appelle "tous les Kurdes d'Europe à se rassembler à Paris pour dénoncer cette attaque". Une manifestation est prévue samedi place de la Bastille.

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?