Les policiers en colère n'ont pu atteindre la place Beauvau

Des policiers, qui manifestaient à Bobigny pour protester contre la mise en examen d'un de leurs collègues pour homicide volontaire, se sont regroupés en un cortège d'une centaine de voitures en milieu de soirée ce mercredi sur les Champs Elysées.

Francis Simmoès
Le 25/04/2012 à 21:12
Mis à jour le 25/04/2012 à 23:27

Les policiers, réunis à l'appel de syndicats pour exprimer leur "colère" après la mise en examen d'un collègue de Seine-Saint-Denis pour "homicide volontaire", avaient exprimé leur intention de se rendre devant le ministère de l'Intérieur, place Beauvau, dont l'accès a été bloqué par les forces de l'ordre, qui les cantonnaient sur l'avenue des Champs Elysées."Cette protestation est née d'une incompréhension totale d'une décision qui a été prise au tribunal de Bobigny de mettre en examen pour homicide volontaire un fonctionnaire de police qui a dû se défendre face à un individu particulièrement dangereux armé, qui l'a menacé" a expliqué sur BFMTV, Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat SGP-FO Unité. Nicolas Comte a également souligné le "ras le bol" des policiers en Seine-Saint-Denis et ajouté que cet événement est "la goutte d'eau qui fait déborder le vase et qui a donné lieu à cette explosion de colère spontanée".
De son côté, un peu plus tôt sur BFMTV, Christophe Crépin, du syndicat Unsa Police, dénonçait également les conditions de travail des policiers dans ce département.

Les policiers, réunis à l'appel de syndicats pour exprimer leur "colère" après la mise en examen d'un collègue de Seine-Saint-Denis pour "homicide volontaire", avaient exprimé leur intention de se rendre devant le ministère de l'Intérieur, place Beauvau, dont l'accès a été bloqué par les forces de l'ordre, qui les cantonnaient sur l'avenue des Champs Elysées.

Toute l'actu Société

La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?